L’été dernier, la pandémie de coronavirus avait offert un peu de répit à la Belgique et l’heure était au déconfinement. Sam avait sauté sur l’occasion pour s’inscrire dans une salle de sport de la région de Mons. Elle avait même profité d’une offre alléchante en souscrivant à un abonnement de six mois. En octobre cependant, la deuxième vague passait par là et imposait un nouveau confinement. Finies les séances de fitness pour Sam. Mais son compte en banque, lui, n’a pas raccroché.

En prenant un abonnement de six mois, je pouvais payer mensuellement 45 euros au lieu de 50”, explique la Montoise. “J’en ai profité pendant un bon mois. Mais quand elle a fermé comme toutes les autres salles à partir d’octobre, mon compte a continué à être débité de 45 euros chaque mois.”

Test Achat était déjà monté au créneau pour contraindre notamment Basic Fit à rembourser les abonnements perçus pendant le confinement. De son côté, Sam a bien essayé de récupérer sa mise auprès de sa salle de sport. Mais sans succès. “La direction de la salle m’a répondu que cette formule était une facilité de paiement offerte aux membres, que c’était comme un crédit à tempérament qu’il fallait rembourser”, soupire Sam. “Il est par ailleurs indiqué dans les conditions générales que la domiciliation ne pourra pas être interrompue jusqu’à la fin du contrat. Mais pour qu’il y ait contrat, il faut une prestation de services contre paiement. Or, ça n’a pas été le cas. J’ai continué à payer pour rien!

La question s’est posée dans de nombreux clubs qui devaient continuer à payer des charges sans pouvoir poursuivre leurs activités. Les pandémies de coronavirus n’étaient par ailleurs pas reprises dans les motifs pouvant conduire à l’interruption du contrat. Dans ce flou artistique, les réactions n’ont pas été partout les mêmes. La salle que fréquente Sam a bien proposé un geste en reportant les mois déjà payés après le prochain déconfinement. Mais pas de quoi apaiser la Montoise qui se sent arnaquée. “Nous avons reçu un message pour nous dire que des cours seront proposés en extérieur à partir du 8 mai”, poursuit Sam. “Mais il manque la moitié des cours et nous n’aurons pas accès à tous les appareils. Or, même si je ne le veux pas, il semble bien que les mois qui me restent seront comptabilisés à partir de cette date. De plus, j’avais payé pour 6 mois à partir du mois d’août de l’année passée. Entre-temps, bien des vies peuvent changer. Pour ma part, je suis dans les travaux et je pourrais déménager. Ça ne m’arrange pas de retourner dans cette salle. Je veux être remboursée.

La situation est compliquée dans le secteur des salles de sport. Beaucoup ont proposé de suspendre les abonnements de leurs affiliés en attendant le déconfinement. Mais comme dans l’horeca, la réouverture pourrait en laisser certains sur le carreau.