C'était en décembre 2020. La maison de repos de Bouzanton voyait débarquer les premières doses du vaccin contre le covid-19, donnant le coup d'envoi de la campagne wallonne. Mois d'un an plus tard, une piqure de rappel se profile.

Les études et les expériences rencontrées dans d'autres pays indiquent en effet que les effets du vaccin diminuent dans le temps, particulièrement chez les personnes dont le système immunitaire est plus fragile. Fin septembre, Christie Morreale, ministre wallonne de la Santé, a donc donné son feu vert pour que les résidents des maisons de repos bénéficient d’une troisième dose de vaccin contre la Covid-19.

Ce vendredi, la maison de repos du Bois d'Havré a reçu ses doses. Celle de Bouzanton va suivre. Pour rappel, les deux institutions qui dépendaient du CPAS sont passées dans le giron de l'intercommunale Centre Hospitalier Universitaire et Psychiatrique de Mons-Borinage (CHUPMB), liée à Ambroise-Paré. Les doses livrées, leur administration sera réalisée dans le courant du mois d'octobre.

"Comme tenu de la fragilité de nos résidents, l’objectif de cette troisième dose est de garantir à ceux qui le désirent la meilleure immunité possible. Le vaccin qui sera utilisé est toujours celui de Pfizer et il restera bien entendu gratuit pour nos bénéficiaires", commente Marie Meunier, présidente du secteur extrahospitalier de l’intercommunale.

Pour rappel, lors de la campagne vaccinale, le taux de vaccination était de plus de 80% pour la MRS du Bois d’Havré et plus de 90% pour celle de la Bonne Maison de Bouzanton. Ces chiffres représentent près de 300 résidents. "Nous sommes ravis de pouvoir proposer et organiser aussi rapidement l’administration de cette troisième dose. Notre devoir est de garantir à nos aînés l’accès à des soins et services de la plus haute qualité", conclut Marie Meunier.