La crise sanitaire et répercussions, notamment en termes de mesures de précaution, n’aura pas eu raison des rêves de Simon Marin et de Dylan Preux. Les deux montois ouvriront très prochainement dans la rue d'Havré le Boulette Bar, un concept aussi innovant qu’appétissant qui a vocation à étoffer encore un peu plus l’offre gastronomique proposée dans la Cité du Doudou.

À respectivement 26 et 27 ans, les deux Montois ont décidé d’opérer un changement de carrière pour créer leur propre activité. "Nous étions un peu dans la routine, chacun dans son job", explique Simon Marin. "Nous avions cette idée en tête depuis déjà un an. Finalement, nous avons la chance de tomber sur cette surface commerciale, idéalement située à deux pas de la Grand-Place de Mons."

L’opportunité étant trop belle, les deux associés ont décidé de se lancer. "Le contexte n’est pas forcément des plus favorables mais nous ne pouvions pas laisser passer notre chance. Nous croyons en ce projet. Les premiers retours sont d’ailleurs positifs. Je pense que nous sortons du lot en étant les premiers à exploiter ce concept de bar à boulettes."

Concrètement, les gastronomes pourront se laisser tenter par plusieurs formules de cinq à dix euros, adaptées aux différents appétits. "C’est du fait maison, bien entendu. Les clients pourront choisir leurs boulettes, leurs accompagnements, par exemple des frites de patates douces ou des potatoes, leurs légumes et leurs sauces, elles aussi maison." Les propositions de menu évolueront au fil des envies et surtout, des saisons.

"Nous avons à cœur de mettre les produits locaux à l’honneur. Nous collaborerons par exemple avec une ferme de la région pour la production de légumes. Tous nos produits seront choisis avec soin. De même, nous travaillerons avec des micro-brasseries, notamment la Brasserie du Borinage, pour proposer des canettes de bières. La vente de bières en canettes correspond davantage à l’esprit du bar car nous misons sur l’emporté." Seules six places assises seront accessibles.

Le Boulette Bar ouvrira officiellement ses portes au début du mois d’octobre. "Nous n’avons pas encore annoncé de date définitive car cela dépendra un peu du contexte sanitaire du moment", précise encore le jeune Montois. "Quoi qu’il en soit, on s’est dit que c’était le moment de se lancer. Nous ne sommes pas d’accord avec les gens qui disent que Mons se meurt. Il y a un vrai renouveau, un beau redynamisme et la ville de Mons soutient ce genre de projet."

Aux deux jeunes entrepreneurs désormais d’assurer derrière les fourneaux pour séduire les Montois.