La redynamisation du centre-ville fait partie des priorités fixées par le nouveau collège communal à Mons. Et pour y parvenir, le voilà qui s'apprête à actionner un nouveau levier avec un projet original. La Ville a en effet pris contact avec des propriétaires de cellules vides dans l'axe qui relie la gare au piétonnier afin de pouvoir y installer des artistes.

"Nous avons d'une part des conventions qui lient la Ville aux propriétaires avec des baux qui vont nous permettre d'occuper les cellules vides pendant dix mois. Et d'autre part, des conventions entre la Ville et des opérateurs culturels pour trouver des artistes qui pourront occuper ces cellules durant la location", explique l'échevin de la Régie foncière, Maxime Pourtois. "Cinq cellules ont déjà été identifiées. D'autres pourraient s'ajouter. Nous avons pu négocier des loyers de 1.000 euros au lieu de 1.900. Les cellules seront mises à disposition des artistes qui devront juste assumer 50% des charges. C'est un beau projet qui va nous permettre d'effacer les dents creuses sur cet axe stratégique."

Cet axe qui s'étend de la gare au bas du piétonnier en passant par la rue Rogier, la rue de la Petite Guirlande et la rue des Capucins est en effet amené à voir son potentiel augmenter selon le bourgmestre. "L'affluence est revenue dans le piétonnier. Quand la gare sera terminée, et nous espérons que cela sera le plus vite possible, cet axe sera un lieu de passage incontournable. Nous ne pouvons pas le laisser dans cet état", explique Nicolas Martin. "Nous avons déjà entrepris toute une série de démarches pour redynamiser ce quartier. Dès le début de la mandature, nous avons mis sur pied les brigades PUMA. Nous travaillons sur les problèmes des logements insalubres. Nous avons contribué à l'embellissement du quartier avec les fresques. La maison de quartier réalise aussi un travail remarquable pour apporter des animations. Une étape importante a été franchie par la reconnaissance de notre Plan de Développement Urbain qui va nous permettre d'investir de manière transversale avec l'aide de la Région wallonne. À présent, c'est un nouveau projet qui est lancé pour reprendre possession de toute une série de cellules vides afin d'y injecter de l'activité culturelle et créative."

Le projet a été avalisé par le conseil communal mercredi soir. Les conventions avec les propriétaires peuvent maintenant être officialisées. Restera ensuite à trouver les nouveaux occupants. Photographie, poésie, arts vivants, artisanat… Plusieurs pistes sont déjà explorées. "Nous sommes en contact avec plusieurs opérateurs. Nous devrions pouvoir accueillir des artistes de renommée nationale, voire internationale. Y compris des Montois d'origine qui sont parfois plus connus ailleurs que chez eux", promet Catherine Houdart, échevine de la Culture.

Pour le bourgmestre, il importe de joindre l'utile à l'agréable en misant sur la culture pour redynamiser le centre-ville. "Mons est une ville culturelle. Ça ne se passe pas uniquement dans les salles et les musées. Ça doit aussi se sentir lorsqu'on se balade en ville", conclut Nicolas Martin.