Principalement actif auprès des personnes sans abri, le collectif des Anges de Mons a décidé de quelque peu étendre son action, toujours dans un intérêt de solidarité. Ce sont cette fois les personnes âgées et isolées qui en profiteront via un système de parrainage. Objectif : former des binômes jeune-senior et ainsi rompre l’isolement de ces derniers.

Les inscriptions, via un formulaire, n’ont été officiellement lancées que ce mardi mais déjà, plusieurs candidats se sont manifestés. "Toutes les actions que nous menons le sont par passion pour l’autre", explique Mohamed Aftouh, président des Anges de Mons. "C’est lors d’une distribution de cougnoles, en fin d’année, que l’idée a été suggérée."

En effet, les personnes âgées sont trop souvent isolées, sans possibilité de renouer du lien. Et la crise renforce plus que jamais ce sentiment. "Un appel, un e-mail, un courrier sont autant de choses qui contribuent à apporter du baume au cœur de ces personnes. Ce que nous recherchons avec ce système de parrainage, ce n’est pas juste une petite attention de temps en temps. C’est beaucoup plus."

Le président du collectif aimerait qu’une véritable relation amicale, voire familiale, puisse se développer. "Il ne s’agit pas de dire bonjour une fois tous les dix jours, non. Il s’agit de créer quelque chose pour finalement, espérons-le, arriver à une relation grand-parent/petit-enfant. Évidemment, tout cela est à définir par les binômes qui seront formés."

Jusqu’à présent, les bénévoles multipliaient déjà les contacts avec les personnes isolées afin de leur apporter un peu de soutien. "Mais c’était de manière informelle ; il s’agissait de prendre des nouvelles, de s’assurer qu’elles n’avaient besoin de rien, de leur proposer de faire l’une ou l’autre course,… Mais nous souhaitions encadrer tout cela, proposer une action plus structurée."

À ce jour, les inscriptions sont possibles via un formulaire en ligne. Mais pour toucher au maximum le public concerné, qui ne dispose pas toujours de facilités technologiques, des formulaires papier seront bientôt distribués. Les Anges de Mons comptent évidemment aussi et surtout sur le bouche-à-oreille, afin que l’opération puisse toucher les personnes qui en exprimeraient le besoin.