Mons

Logements, parking, bâtiments publics… Les riverains du quartier Sainte-Elisabeth sont dans le brouillard.

Les autorités montoises l'avaient annoncé, la Cité du Doudou n'était pas destinée à entrer en hibernation après les grands chantiers de Mons 2015. Pour preuve, un projet colossal qui s'annonce dans le quartier de l'église Sainte-Elisabeth et de la Place de Bootle.

On sait que des changements importants s'y profilent. Évoquant les problèmes de mobilité, le collège communal a ainsi déjà laissé entendre qu'un parking devrait sortir de terre. Mais ce projet devrait s'inscrire dans un ensemble plus vaste autour duquel règne pour le moment un flou artistique qui inquiète manifestement certains riverains.

Un courrier a en effet été distribué aux habitants du quartier par l'association Sauvegarde et Avenir de Mons. Il évoque un projet très important de logements et bâtiments publics. "En tant qu'association de défense de notre environnement, nous nous inquiétons de la discrétion du dossier et nous nous interrogeons sur son contenu", précise toutefois la missive. Et d'ajouter que si le projet visant à ramener des habitants au cœur de la ville peut être tout à fait louable, aucune information n'a encore filtré sur l'implantation des bâtiments, les gabarits, la circulation ou le stationnement.

L'association prépare donc le terrain auprès des riverains en vue d'une éventuelle mobilisation. Quant aux informations sur le projet, elles viendront… le moment venu. En effet, pour l'heure, aucune demande de permis n'a officiellement été introduite. Des contacts ont pu être pris au sein de la cellule des investisseurs. Elle réunit autorités communales et régionales, et vise à aiguiller les promoteurs sur les intentions et les attentes de la Ville. Une antichambre où peuvent se dessiner les prémisses d'un projet qui sera développé, ou pas.

De son côté en tout cas, l'échevin de l'Urbanisme n'a pas encore reçu de demande de permis. "Mais une fois qu'un dossier est complet, il y a toute la procédure qui s'enclenche avec campagne d'affichage et enquête publique", rassure Maxime Pourtois.

Inquiétudes, mobilisation? Ce serait donc beaucoup trop prématuré, car le dossier a encore beaucoup de chemin à faire. Les informations suivront le moment venu. Une chose est sûre, elles ne devraient pas échapper à certains riverains, déjà l'affût.