Certains y ont vu une récupération commerciale. La marque s'en défend, mais reconnait une mauvaise communication.

Difficile de passer à côté des événements qui secouent les États-Unis. Le 25 mai, George Floyd perdait la vie lors d'une interpellation policière. Des images qui ont fait le tour du monde. Menotté et étouffant sous le genou du policier qui le maintenait au sol, George Floyd a répété les mêmes mots qu'Eric Garner, un autre Afro-Américain décédé dans des circonstances similaires: "I can't breathe" ou en français, "Je ne peux pas respirer".

Ces quelques mots ont retenti aux quatre coins de la planète où les marques de soutien se multiplient. Ces quelques mots sont même devenus un slogan associé au mouvement des droits civiques aux États-Unis. Et ces quelques mots ont également inspiré la marque "Belge, T'es fou" qui a réalisé un sac en tissu flanqué des paroles tristement célèbres.

Cette marque solidaire est née durant le confinement de l'idée de quatre amis, dont le relookeur montois David Jeanmotte. Des phrases insolites apposées à des accessoires ont permis au public de se dérider avec style durant le lock-down tout en servant la bonne cause. En effet, pour chaque sac vendu, un euro est reversé aux Restos du Cœur.

Marquée comme beaucoup d'autres par la mort de George Floyd et les manifestations, la marque Belge T'es Fou a réalisé un sac portant les mots "Please, I can't breathe". Là encore, un euro par sac devait être ici reversé. Mais à une association défendant les libertés et les mêmes droits pour tous. C'est du moins ce que la marque annonçait sur sa page Facebook avant de retirer la publication.

En effet, l'idée du sac n'a pas récolté que des retours positifs, certains y voyant la récupération commerciale d'un événement dramatique. Belge, T'es fou reconnait une mauvaise communication, d'où la suppression de la publication. Mais la marque se défend de vouloir faire du profit sur un événement tragique.

" Dès le début, le projet n'a pas été créé pour faire du profit. Pour chaque sac vendu, nous reversons un euro aux Restos du Cœur. Le reste est réinjecté pour refaire des sacs ", explique Valérie Cornil. " Dans ce cas-ci, nous voulions reverser l'argent à une association qui lutte contre le racisme. Nous avons été maladroits dans notre communication, des gens ont cru que c'était une publicité comme une autre et qu'on essayait de se faire de l'argent. Nous aurions dû communiquer autrement. Mais tout a été très vite. Nous avons été particulièrement touchés par ce qui s'est passé aux États-Unis, nous sommes plusieurs à être attachés à l'Afrique et très sensibles au racisme. Si bien que sur le coup de l'émotion, nous avons rapidement mis ce projet en place comme nous l'avions fait pour les sacs du confinement. L'intention était bonne, mais nous ne l'avons pas bien fait comprendre. "

Pour l'heure, le sac est donc retiré du site. Mais l'équipe de Belge, T'es fou n'exclut pas de remettre le projet sur pied en expliquant mieux la finalité de la vente.