Mons

La galerie reste dans l'impasse. Mais la Ville de Mons a plusieurs cartes à jouer.

La Ville de Mons ne cache plus son impatience sur le dossier du Passage du Centre. Le promoteur immobilier Edouard Gallée souhaitait racheter toutes les cellules de la galerie pour en faire un parking. Il fallait convaincre les 21 copropriétaires de vendre. Le promoteur y était presque arrivé, mais le projet a finalement capoté, certains refusant de vendre au prix qui leur était proposé.

Le Passage du Centre, plus vide que jamais, se retrouve donc à nouveau dans l'impasse. Si bien que la Ville de Mons active plusieurs leviers pour débloquer la situation. Il y a tout d'abord celui de la sécurité. L'infrastructure date des années 50. Elle n'est plus aux normes. Un rapport a été commandé aux pompiers. Les copropriétaires devraient être amenés à investir dans la galerie pour se mettre en règle. En cas de manquement, le bourgmestre pourrait invoquer des impératifs de sécurité pour fermer les lieux.

La Ville de Mons pourrait également explorer une autre piste. Elle se trouve dans l'accord de gouvernement wallon. Cet accord comprend en effet toute une série de mesures pour lutter contre la désertification des centres-villes. Parmi celles-ci, il y a la possibilité d'exproprier pour cause de "redynamisation commerciale".

"Pour le moment, on ne peut pas exproprier sauf pour raison d'utilité publique. Comme construire un hôpital par exemple", explique le bourgmestre Nicolas Martin. "Cela ne s'applique pas au Passage du Centre, même si c'est une friche urbaine. Cela pourrait donc changer avec la mesure prévue dans l'accord du gouvernement wallon. Mais nous sommes sur du long terme, il faudra attendre que le gouvernement travaille dessus et que la mesure passe. Ça pourrait prendre jusqu'à trois ans."