Le coronavirus n'en finit pas de causer des dégâts. Pas seulement sur le système immunitaire de ceux qui contractent la maladie. Les dommages collatéraux sont énormes, la machine économique et la société dans son ensemble étant touchées par les mesures sanitaires.

Grâce à un subside fédéral de deux millions d'euros, le CPAS de Mons va pouvoir tenir compte de cette crise et proposer de nouvelles aides. "L'objectif est de pouvoir aider toutes les personnes qui ne sont pas habituellement bénéficiaires du CPAS", explique Marie Meunier, présidente du CPAS de Mons. "Il y a par exemple des indépendants ou des jobistes qui ont perdu une partie importante de leurs revenus. Nous pensons évidemment aux travailleurs du secteur culturel ou ceux qui sont issus de l'économie collaborative. Une attention particulière est également accordée aux familles monoparentales. Après une analyse individuelle, toute personne qui a subi ou subit encore les effets de cette crise pourra être reconnue en état de besoin par le CPAS."

Les aides proposées sont diverses: logement, facture énergétique, prise en charge de coûts dans le traitement des violences conjugales, des problèmes d'anxiété ou de troubles psychiatriques, prise en charge de frais médicaux comme les médicaments, les factures d'hôpitaux ou l'achat de masques et de gel, soutien numérique notamment pour les besoins scolaires, aide financière pour les factures impayées et les besoins de première nécessité comme le transport ou l'achat de vêtement, aide pour les familles en difficulté avec un focus sur la pauvreté infantile… L'éventail des aides se veut aussi large que les dégâts causés par la crise sanitaire.

"Aider les citoyens dans le besoin, c’est la mission légale du CPAS, c’est son ADN. Or, vu le contexte très particulier que nous connaissons et qui touche tout le monde sans distinction, il était clair qu’il fallait sortir du cadre strict des bénéficiaires du revenu d’intégration sociale", poursuit Marie Meunier. Cette enveloppe fédérale accordée aux CPAS court jusqu'au 31 décembre. Mais la page de la crise risque de ne pas être tournée d'ici là. "Nous sommes en discussion avec les autres CPAS de Wallonie afin de demander à ce que ce délai soit rallongé", ajoute Marie Meunier.

Cette aide du CPAS est une nouvelle corde à l'arc montois. "Cette aide est complémentaire à celle octroyée par la Ville sur ses propres deniers aux commerçants et associations du territoire", souligne de son côté le bourgmestre Nicolas Martin. "Toute une frange de la population n’a en effet pu bénéficier d’aucune aide jusque-là, je pense notamment aux indépendants qui ont pourtant également été durement éprouvés par la période de confinement et le contexte dans lequel nous vivons actuellement, au point que certains se retrouvent dans des situations personnelles dramatiques pour lesquelles il est nécessaire d’intervenir sans plus attendre."

En pratique, toute personne qui souhaite bénéficier de cette aide exceptionnelle du CPAS peut contacter un call centrer accessible tous les jours de la semaine de 8h30 à 11h45 et de 13h à 16h au 065/412 300 ou par courriel à l'adresse secretariat.general@cpas.mons.be. Chaque demande sera analysée individuellement pour établir un état de besoins en fonction des ressources et des charges des personnes concernées.