Les femmes qui ont marqué l'Histoire ont souvent eu tendance à être éclipsées dans les manuels où l'attention était davantage portée sur les "grands hommes". À Mons, on tente de rétablir l'équilibre notamment à travers la toponymie. Voilà quelques années en effet que les noms des nouvelles rues sont attribués à de "grandes femmes". Et le développement de la nouvelle ville au-delà de la voie ferrée offre aux autorités l'occasion de rendre à Cléopâtre ce qui lui appartient.

Après Mélina Mercouri ou encore Isabelle Blum, c'est la Montoise Cécile Detournay qui est mise à l'honneur. Durant la Deuxième Guerre mondiale, cette Résistante avait été arrêtée par l'occupant alors qu'elle tentait, aux côtés de Marguerite Bervoets, de prendre des photos du champ d'aviation de Chièvres. Les deux femmes seront incarcérées quelques mois à la prison hitlérienne de Mons avant d'être déportées en Allemagne. Si Marguerite Bervoets est condamnée à mort, Cécile Detournay écopera pour sa part de huit années de travaux forcés.

La Montoise s'est éteinte en 1970 à l'âge de 59 ans. Désormais, une rue du zoning Initialis 2.0 portera son nom sur l'entité de Cuesmes. La voirie évolue également sur Ghlin. Au départ, elle portait uniquement le nom d'Isabelle Blum. "Suite aux différentes demandes des sociétés qui souhaitent s'implanter sur le site, notre service constate que l'octroi d'un seul nom de rue pour les deux voiries situées sur les entités de Ghlin et Cuesmes peut amener des soucis d'identification", explique Achile Sakas, échevine de l'État civil. "Il y aura donc l'avenue Isabelle Blum sur Ghlin et la rue Cécile Detournay sur Cuesmes. Le choix a été renforcé par le lien avec l'histoire locale et le parallèle entre deux femmes fortes antifascistes."

La Commission royale de Toponymie a déjà remis un avis positif pour cette dénomination, et le conseil communal a également donné son feu vert.