Ce premier septembre 2020 restera probablement gravé dans la mémoire d’Aurore Nicolas. En effet, à seulement 23 ans, cette dernière effectuait sa première rentrée en tant que titulaire de classe. Elle accompagnera désormais les élèves de deuxième année primaire de l’école communale des Sorbiers, située à Cuesmes. Ce mardi matin, l’heure était donc aux présentations, le tout dans un contexte assez particulier.

La classe devait compter quelque 16 élèves, visiblement réjouis de retrouver leurs camarades et dé découvrir leur nouvelle enseignante. "Un moment sera dédié aux présentations, on parlera un peu des vacances, on rappellera les règles de la classe et les gestes de sécurité à adopter", explique la jeune femme. "Le masque reste assez contraignant, il faut s’y habituer et se dire que forcément, la voix porte moins. Mais il faut bien s’adapter."

© E.B.

Bien sûr, Aurore Nicolas aurait préféré être titularisée dans d’autres circonstances. Mais l’excitation a rapidement pris le dessus sur le stress. "J’étais plutôt stressée les jours qui précédaient la rentrée. Ce mardi matin, j’étais en revanche juste pressée de rencontrer mes élèves. J’ai eu la chance d’apprendre en juin que je serai titularisée en septembre. J’ai donc eu deux mois entiers pour tout préparer. Je n’ai pas dû travailler dans la précipitation, ce qui a été très rassurant."

D’autant plus que la Sonégienne a pu compter sur le soutien de ses collègues, tant du côté de l’école des Sorbiers que d’autres implantations. "J’ai notamment pu compter sur l’aide de ma collègue de première année, avec qui nous avons passé en revue la matière qui avait pu être vue ou non, ce qui me permet d’y voir plus clair sur ce qui devra être « rattrapé » ou faire l’objet de rappels plus approfondis."

À plusieurs égards donc, la rentrée scolaire s’est révélée différente. Mais pas nécessairement moins enthousiasmante, que du contraire !