"Alors, on danse?" demandait le maestro. "Non peut-être", répondront les Montois en chœur d'ici une dizaine de jours. Du 7 au 10 octobre en effet, la Cité du Doudou va se transformer en piste géante à ciel ouvert à l'occasion de la Nuit de la Danse qui donnera le coup d'envoi de la Biennale d'art et de culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Au menu, des projets participatifs, de la danse contemporaine et populaire, des créations internationales ou encore un grand parcours en ville à la découverte d’une dizaine de performances chorégraphiées par les écoles et associations de danse de la région. Une quinzaine de spectacles vont ainsi faire vibrer la capitale culturelle wallonne avec cette Nuit de la Danse portée par Mars en partenariat avec la Ville de Mons et la Fondation Mons 2025.

Point d'orgue des festivités, le spectacle Color Wheels va enflammer le centre-ville dans le sillage des grands spectacles qui avaient marqué les esprits lors de Mons 2015 et de la précédente Biennale. Au son de musiques électroniques mixées en live, un cortège de dix roues illuminées déambulera au cœur de la foule. Parti de la rue de Bertaimont, ce dancefloor mouvant s’achèvera sur la Grand-Place par l’assemblage des roues multicolores en un kaléidoscope géant qui s’élèvera vers le ciel tel une comète sur le départ. À ne pas manquer le soir du samedi 9 octobre, sous réserve des conditions sanitaires.

Au rayon des projets participatifs, on pointera Breaking the backboard avec la performance chorégraphique d'une équipe professionnelle de basketteuses ou encore Danse au Carré, un projet collaboratif unique, mis en scène par Gilles Monnart, qui rassemblera dans la cour du Carré des Arts une centaine de danseurs et danseuses issues des compagnies, associations et écoles de danse du Grand Mons.

Il y aura aussi des projets développés avec des artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles tels que Juke-Box de Louise Vanneste ou la bouleversante création de musique et danse Danser la terre de Brandy Kitoso. Pointons également des créations comme Lamenta de Rosalba Torres Guerrero et Koen Augustijnen qui était présenté cet été au Festival D’Avignon ou le Mandala/Poetry de l’icône de la danse contemporaine Carolyn Carlson. Précisons enfin que le septième art sera aussi de la partie pour cette Nuit de la danse avec la projection de l'enivrant Climax de Gaspar Noé au Plaza Art House.