Le télétravail est de rigueur, mais pas applicable pour tous. Et lundi, les plus jeunes reprendront le chemin de l'école. Dans le contexte de la deuxième vague, il était donc nécessaire de pouvoir désengorger les transports en commun pour limiter la propagation du virus. Certaines lignes de bus TEC vont ainsi être dédoublées.

Concrètement, il a fallu faire des choix. En heure de pointe, en Wallonie, on compte quelque 2000 bus TEC en circulation. La flotte des autocars privés n'est pas assez fournie pour jouer les doublures de chaque bus. Le gouvernement wallon a toutefois passé un marché pour renforcer un certain nombre de lignes dès lundi et jusqu'à la fin du mois de juin. Dans tout le sud du pays, 200 cars privés assureront ainsi les renforts.

Neuf lignes sont concernées à Mons. Dès lundi, on y verra des cars suivre les bus habituels pour permettre aux passagers de se répartir entre les deux véhicules. Selon l'évolution de la crise sanitaire, le niveau de fréquentation des bus voire des nouvelles mesures qui pourraient être prises, le dispositif pourrait être amené à changer.

"La priorité doit bien sûr rester le télétravail dès qu’il est possible. Mais pour tous les travailleurs qui n’en ont pas la possibilité, c’est une bonne nouvelle ainsi que pour les écoliers. Nous devons tout mettre en œuvre pour que les transports en commun restent attractifs et surtout sûrs durant cette pandémie", commente Charlotte De Jaer, échevine de la Mobilité.

Voici les lignes concernées par le dédoublement dès lundi:

- Frameries - gare de Mons (lignes 1 & 2),

- Havré - gare de Mons (ligne 82),

- Ghlin – gare de Mons (ligne 14B),

- Soignies – gare de Mons (ligne 15),

- Quaregnon – gare de Mons (ligne 9),

- Bray – gare de Mons (ligne 22),

- Hyon – gare de Mons (ligne 96),

- Erquelinnes – gare de Mons (ligne 134/).