Le nouveau revers des Casseroles n’inquiète pas trop Michel Errico

GOSSELIES S’il est bien un entraîneur de l’élite provinciale qui relativise au mieux tant la plus prestigieuse des victoires que le plus sombre des revers, c’est bien Michel Errico. Après une nuée de compliments quant au comportement de ses troupes, le T1 de Gosselies, dès le premier match, prévenait que le classement ne se nourrissait que très peu de bons sentiments et que seuls les points compteraient au terme de la compétition. Après un nouveau revers face à Binche (0-2), le coach des Casseroles n’a pas changé sa ligne de conduite.

“Nous voilà nantis d’un viatique d’une petite unité en quatre rencontres. Au risque de commettre une lourde lapalissade, je dirais que la seule raison d’un tel bilan est assez simple : nous ne marquons pas assez. Ce samedi encore, si nous avions mené par deux ou trois buts d’écart à la pause, personne n’aurait trouvé à redire. Mais mes attaquants n’ont simplement pas eu le bon geste. Un gros fait de match a ensuite mis tous nos plans à terre. L’exclusion, totalement injustifiée, de Julien Catrain et le but qui s’en est suivi quasi illico ont fait beaucoup de mal. C’est encore ce qu’il y a à corriger dans mon groupe. Si, d’aventure, nous étions rentrés avec le zéro, je suis persuadé que nous n’aurions jamais perdu cette rencontre.”

Car Gosselies a des raisons d’espérer des jours meilleurs : “Les points positifs sont également nombreux, à commencer par un fond de jeu, à mon sens, irréprochable. Quand nous aurons définitivement guéri nos problèmes de finition, les choses s’arrangeront d’elles-mêmes”, achevait Michel Errico.

Les Casseroles devront cependant rassurer au plus vite leurs supporters et ce, dès la semaine prochaine en se rendant à Saint-Symphorien.


© La Dernière Heure 2012