2019 devrait être marquée par la continuité de certains projets initiés en 2018

Nouvelle mandature oblige, c’est un conseil de police renouvelé qui a été installé ce mercredi soir en l'Espace Magnum de Colfontaine. La zone de police boraine pourra compter sur des conseillers expérimentés mais également sur des conseillers novices en la matière. Pour leur permettre de comprendre les enjeux et d’ainsi voter les décisions en connaissance de cause, une présentation détaillée de la zone, de ses services et de ses missions a été détaillée.

© EB

Avant-gardiste dans plusieurs domaines, la zone boraine poursuivra des projets entamés en 2018 sous l’impulsion de Jean-Marc Delrot, chef de corps depuis septembre 2017. « Cette première année de mandature a contribué à la mise en place de dispositifs ayant pour objectif d’augmenter la visibilité policière, principalement celle des agents de quartier », souligne ce dernier.

Création d’une nouvelle unité, amélioration du dispatching autonome de la zone, meilleure communication avec la police fédérale composent le bilan. « Certains outils de communication avaient jusqu’ici été sous-utilisés. Nous sommes également en train de tester une communication différente à la radio afin d’être compris de tous et non pas uniquement en interne. Car nous sommes de plus en plus amenés à intervenir en dehors de notre territoire et il est primordial d’être compris de tous. »

Pour 2019, les mêmes restent globalement les mêmes : renforcer la police de quartier (une fonction encore peu attractive), améliorer la communication, tant en interne qu’en externe et favoriser le contact avec la population (notamment via l’opération « un café avec votre policier.) « Nous veillerons à faciliter le travail administratif des policiers directement sur le terrain via l’utilisation de smartphone et de tablettes par exemple. »

En termes opérationnels aussi, la zone a des projets. « Nous disposons depuis 2018 d’un drone. Nous souhaitons systématiser son utilisation lors des opérations dans les quartiers. Au niveau des caméras, nous sommes déjà bien équipés puisque nous en possédons 45 sur l’ensemble du territoire. En mettre dans toutes les rues n’a pas de sens mais améliorer leur mobilité pour les installer en lieux sensibles est par contre possible. » Enfin, un travail sera fait sur la visibilité des équipements.

À noter que le conseil de police de la zone boraine est le premier de l’arrondissement judiciaire de Mons a d’ores et déjà être installé.