Mons

Elle a débuté tôt ce vendredi.

Depuis ce vendredi matin, une nouvelle reconstitution de "l’affaire Mawda", du nom de cette petite fille tuée par la balle d’un policier en mai 2018 alors qu’elle tentait, aux côtés de ses parents et d’autres migrants de fuir les autorités, est en cours. Les faits s’étaient produits sur l’autoroute, à hauteur de Maisières.

Toute la lumière n’a pas encore pu être faite sur ce drame, qui avait secoué le pays et relancé une fois de plus le débat sur la problématique migratoire. Le policier a toujours affirmé qu’il ne savait pas qu’il y avait des migrants à bord de la camionnette. Sa seule volonté aurait été d’obliger le conducteur à s’arrêter alors que celui-ci poursuivait sa fuite.

Le policier doit livrer une nouvelle fois sa version des faits, ce matin. La reconstitution est organisée au sein de la protection civile de Ghlin. Le père de la victime, ainsi que ses avocats et l’avocat du policier incriminé sont sur place.