Un projet de renaissance a été présenté ce mardi midi.

Cinq ans après avoir fait ses adieux, le RAEC Mons renaît de ses cendres. Les cendres d'un blason, d'un nom mais aussi les cendres de l'âme du club. Ce mardi, Hubert Ewbank, le président du Comité d'administration du Royal Albert Quévy-Mons (RAQM), a officialisé le retour du RAEC Mons. Sous la dénomination Renaissance Mons 44 et donc avec l'appellation "RAEC Mons", le club de football de D3 ACFF retrouve ainsi son acronyme historique, d'avant la faillite de 2015. Mais également son blason qui trône toujours sur le mur extérieur du stade Tondreau.

"Durant la crise du Covid, nous avons réfléchi", explique Hubert Ewbank, président du CA. "Et nous voulions mettre en place un vrai projet de relance. Est ensuite venue l'idée de la renaissance pour que le RAQM devienne le Renaissance Albert Elisabeth Club de Mons et donc le RAEC Mons. On voulait d’abord sécuriser notre projet et s’assurer juridiquement de la création de l’asbl. Nous avons ensuite contacté le curateur de la faillite, propriétaire du blason de l’ancien club. Une fois l’accord obtenu pour l’utilisation de ce blason, il fallait obtenir un accord de l’Union belge pour changer de nom. Quant au matricule 44, nous pourrons le récupérer dès 2026."

Frédéric Herpoel président sportif

© SH

Tout est désormais réglé. Dès la saison prochaine, le RAEC Mons sera bel et bien de retour en D3 ACFF. "Il restait ensuite à mettre en place une vraie structure solide. Ce que nous avons fait en faisant appel à l'une des figures emblématiques du RAEC, quelqu'un qui connait bien le football et ce club. C'est pourquoi Frédéric Herpoel devient dès aujourd'hui le nouveau président sportif du club."

Ce titre de président sportif est une première dans le milieu du football belge. "C'est un rôle différent du directeur sportif car le président ne dépend pas de ce qui se passe au-dessus", explique Frédéric Herpoel. "Je m'occuperai évidemment de tout le volet sportif mais en restant en étroite connexion avec le département plus administratif géré par Hubert Ewbank."

Le projet sportif se veut jeune et montois. Il sera bâti sur plusieurs grandes lignes : devenir une locomotive pour la formation montoise et créer des liens forts avec les clubs de la région ; fédérer un maximum d'entités de la région avec un plan de collaboration ; faire évoluer le centre de formation pour miser sur les jeunes ; mettre en place une ligne sportive identique des U6 à l'équipe première et impliquer d'anciennes figures du RAEC Mons.

> Fred Herpoel : "Il ne faudra pas s'étonner de me voir sur le terrain avec les jeunes"

Pour construire un projet soutenu par la Ville de Mons qui souhaite fédérer l'ensemble du grand Mons, l'ancien gardien du RAEC Mons (2007-2010) sera épaulé par une équipe renforcée notamment de Vincent Lomanto, grand supporter du RAEC Mons, qui aura pour mission de créer un nouvel engouement dans les tribunes. "Je veux aussi tenter de ramener d'autres personnes qui ont porté le blason du RAEC Mons, notamment pour aider l'école de jeunes", glisse Fred Herpoel.

De nombreux projets structurels et originaux sont à l’étude. Ceux-ci seront accompagnés par de nouveaux investissements. "Ma volonté est de devenir un acteur important pour le sportif et pour faire rayonner le club", poursuit l'ancien gardien de La Gantoise et d'Anderlecht. "Je connais beaucoup de gens dans la région de Mons. Mais nous serons aussi innovants pour faire vivre le club. Il y aura une vraie identité footballistique."

Le club ambitionnera la montée en D2 ACFF dès la fin de la saison prochaine et la Nationale 1 (D1 amateurs) en 2025. "Mais on ne peut pas tout révolutionner en quelques semaines. Ce que l'on sème aujourd'hui, on ne va pas le récolter demain. Il faudra un peu de temps et de patience. Mais il est clair que le RAEC Mons ne pourra pas se permettre d'attendre éternellement donc il faudra aussi créer une équipe compétitive la saison prochaine. Comment ? Vous le verrez dans les prochaines semaines..."