Le jeune homme est décédé après 4 jours de coma. Son beau-père n’a pas survécu

LA LOUVIÈRE Papa Becaye Ba avait 22 ans. Il est décédé jeudi. Après quatre jours de coma. Dans la nuit de samedi à dimanche (11 novembre), il avait été pris à partie, avec son petit frère, par des gens – des jeunes – qui leur avaient lancé des glaçons à la tête.

Lorsque Papa Becaye Ba et son cadet décident de s’en aller, ils sont poursuivis par leurs agresseurs, qui les frappent. Qui avec les poings. Qui avec les pieds. Qui avec une bouteille.

La police arrêtera deux personnes. Mais les agresseurs pourraient être plus nombreux. Raison pour laquelle, un appel à témoin a été lancé par la police fédérale, à la recherche d’éventuels témoignages.

Le jeune garçon est décrit comme étant “courageux, affable , souriant et toujours prêt à rendre service” . En tout cas, pas de nature à “provoquer la bagarre” . Pour cette raison, les proches et les amis de la famille, penchent pour un acte raciste. Les deux individus arrêtés et inculpés de coups et blessures volontaires avaient été dans un premier temps relâchés. Ils ont été repris après le décès du jeune garçon jeudi.

L’inculpation s’assortira de la mention “ayant entraîné la mort sans intention de la donner” .

Pour la famille Ba, la maman et les deux frères de Papa Becaye Ba, le drame ne s’arrête pas là, puisque le beau-père du garçon, ému par le décès de son beau-fils, a fait un malaise. Hospitalisé, Edmond Hérion, 77 ans, est décédé dans la soirée de vendredi. La colère et la tristesse sont de mise dans cette famille arrivée en Belgique il y a un peu plus d’un an et demi.

Papa Becaye Ba était apprenti et fréquentait assidûment le Centre de Jeunes Indigo, dans le bas de la rue Sylvain Guyaux.

Emu par la tragédie, le bourgmestre de La Louvière, Jacques Gobert a rendu visite à la famille.

Dans la journée de samedi, ce dernier, prenait un arrêté de fermeture provisoire à l’encontre de la Houblonnière et de l’Autre, les deux cafés de la rue de Belle-Vue devant lesquels le drame s’est joué. Ils seront fermés jusqu’au 9 décembre prochain. La police, elle, poursuit son enquête pour faire la lumière.



© La Dernière Heure 2012