Il régnait une ambiance particulière ce samedi dans les rues montoises.

Doudou ou pas Doudou, "le bon dieu est toujours montois" aux dates de la Ducasse. Après des averses vendredi et samedi matin, de généreuses éclaircies ont envahi le centre-ville de Mons ce samedi après-midi. Elles reviendront encore ce dimanche, pour ce qui aurait dû être le jour du combat dit Lumeçon. Malheureusement, le folklore n'en profitera guère. Mais les Montois et Chambourlettes ont tout de même saisi l'occasion pour respirer l'air d'une Cité du Doudou en suspension.

Inévitablement, certains sont venus faire le tour de la Grand'Place, d'autres ont arpenté les petites rues historiques à la découverte des dizaines de fanions pendus aux fenêtres tandis que les plus passionnés ont fait un saut jusqu'à la Collégiale Sainte-Waudru. Décorée de ses drapeaux comme si le Doudou avait bien lieu, la bâtisse aurait dû être le théâtre de la mythique descente de la Châsse ce samedi soir. A la place, la relique a vu défiler les regards des Montois, toujours sidérés que leur folklore soit annulé. Installé dans l'allée, le Car d'Or restera lui aussi au repos cette année.

© SH

Pas de terrasse ouverte sur la Grand'Place, pas de chant à la gloire de la ville, pas de fêtard en état d'ivresse et pas d'animation en rue. Mais il régnait tout de même un sentiment étrange. Un sentiment que beaucoup de personnes ont souhaité goûter, malgré tout. "On savait qu'il n'y aurait rien en ville hormis les magasins ouverts, mais j'ai tout de même voulu venir avec mes enfants", confie Christine, venue de Flénu. "C'est assez émouvant qu'il n'y ait pas de Doudou, j'avais envie de voir la ville et de sentir cette émotion."

© SH

La rue commerçante noire de monde

Comme Christine, beaucoup de Montois et d'habitants de la région ont pris d'assaut les pavés du centre-ville pour "constater de leurs propres yeux". Ils en ont évidemment profité pour retrouver leurs boutiques préférées du piétonnier ou découvrir le nouveau magasin Primark et sa longue file d'attente à l'extérieur. En milieu d'après-midi, la Grand'Rue était noire de monde, comme on ne l'avait plus vue depuis bien longtemps. "Après cette longue période de fermeture, c'est super de revoir autant de gens", souriait une vendeuse d'un magasin de vêtements. Attention toutefois à ne pas abuser de la "liberté" en restant très prudent face au virus...

Le folklore traditionnel a laissé place à celui des masques et de la distanciation sociale, toujours sous la surveillance renforcée de la police qui veillait à empêcher le moindre incident ou la moindre tentative de "festoiement". Mais le centre-ville a tout de même retrouvé une partie de son âme en ce samedi de Doudou annulé. Et pour les puristes, il était tout de même possible, via différentes astuces, de vibrer au son de l'air du Doudou depuis "s'baraque". Une chose est certaine, les Montois ne périront pas, même sans leur Ducasse adorée !

© SH

© SH

© SH