BNP Paribas Fortis, la banque d'un monde qui change? Peut-être, mais pas en mieux. Le message passe plutôt mal quand il se retrouve en en-tête d'une affiche annonçant la fermeture de l'agence de la Grand-Place de Mons, le 15 mars dernier, au grand dam des nombreux usagers et du secteur Horeca, très actif dans ce secteur...

"C'est la preuve que l'intérêt public n'intéresse absolument pas les banques, malgré ce qu'ils peuvent dire dans leurs publicités. Ce n'est pas aussi dans l'intérêt des commerçants qui perdent un point où déposer leurs recettes", déplore le conseiller communal Ecolo Jean-Pierre Viseur. Une fermeture qui ne se justifie pas non plus par des problèmes financiers: "les bénéfices de BNP Paribas Fortis sont de 18 millions en 2019 et 37 millions en 2020, ils ont donc doublé." Et d'interroger le Collège communal pour savoir s'il compte réagir à cet exode bancaire.

"Je partage votre constat, lui a répondu le bourgmestre Nicolas Martin. La situation est calamiteuse en termes de disponibilité de distributeurs de banque dans notre commune et le pays en général. Nous sommes en contact avec le réseau Batopin, qui réunit les grandes banques pour couvrir le pays en distributeurs. Des discussions sont en cours, donc je ne vais pas rentrer dans le détail à ce stade car je préfère avoir des garanties."

Le bourgmestre indique avoir également contacté le ministre fédéral de l'économie "pour faire part de ma mauvaise humeur sur le sujet. C'est un vrai enjeu de société pour avoir accès à l'argent liquide. Il en va de notre vie privée et de la sécurité des biens et des personnes."

Après avoir quasi disparu dans les communes fusionnées, le nombre de banques et distributeurs s'est réduit à peau de chagrin à Mons. Dans le cœur de ville, il ne reste que deux distributeurs: un à BPost rue de la Clé et l'autre à la CBC rue Samson. Les autres banques, Belfius, ING et BNP Paribas, ont centralisé leurs activités le long des boulevards.