Ils pourront partager les bonnes pratiques avant la rentrée scolaire.

Ces mardi et mercredi, juste avant la rentrée, plus de 200 enseignants de la Fédération Wallonie-Bruxelles se réuniront à l’Université de Mons pour leur Congrès des Sciences. Au programme de cette 57e édition : conférences, ateliers, visites sur le terrain, rencontres avec des experts belges et étrangers, le tout, autour du thème « élément terre. »

L’objectif pour les participants est de recharger les batteries avant la reprise des cours, de mettre à jour leurs connaissances en partageant les bonnes pratiques avec les collègues et en s’initiant à de nouvelles expériences et techniques pédagogiques. Quelques moments forts viendront ponctuer ces deux jours.

Citons par exemple la conférence inaugurale de Jean-Marc Baele. "Ce géologue de la Faculté Polytechnique de l’UMONS rouvrira un cold case, celui des iguanodons de Bernissart. Il tentera de répondre à cette question passionnante : pourquoi des troupeaux entiers de ces dinosaures ont-ils trouvé la mort à cet endroit précis voici plus de 100 millions d’années", annonce l’université.

D’autres sujets seront abordés : apprendre la physique en cuisinant, découvrir la rotation de la terre et des planètes, voir les atomes et les molécules, enseigner la poussée d’Archimède à des enfants de maternelle, aborder le changement climatique en classe, pratiquer la chimie comme les experts de la série télé, etc… L’humour sera même présent via un (faux) procès de Saint Georges, accusé de s’en prendre injustement au dragon, espèce parmi les plus rares.

Bref, ce congrès permettra aux enseignants de découvrir les dernières avancées en sciences, de faire le point sur les grandes problématiques de notre temps – énergie, environnement, urbanisme... Les participants pourront aussi explorer les possibilités offertes par de nouveaux outils pédagogiques tels que des applications pour smartphones.

"Les enseignants pourront également s’immerger dans les richesses archéologiques, patrimoniales et culturelles montoises. Les archéologues de Spiennes les accueilleront pour une descente fascinante dans les minières néolithiques, classées au patrimoine UNESCO. Et le Congrès se clôturera au beffroi de Mons pour la réédition de l’expérience de mesure de la vitesse de la lumière, à la façon d’Hippolyte Fizeau, entre le sommet de cet édifice et le châssis à molettes du Pass à Frameries, situé à 5,4 km de là."

L’événement est une organisation conjointe de l'Association Belge des Professeurs de Physique et de Chimie (ABPPC), de la Fédération des Professeurs de Géographie (FEGEPRO), de l'association des professeurs de Biologie (PROBIO), avec l’appui de l’Université de Mons et avec le soutien de l'Institut de la Formation en cours de Carrière (IFC), du Fonds National de la Recherche Scientifique (FNRS) et la Direction générale opérationnelle de la Recherche et des Technologies en Wallonie.