Mons

Le plaisantin est en passe d'être identifié. Il risque jusqu'à deux ans de prison

Ça riait jaune à la gare de Mons ce samedi 19 novembre alors que plusieurs alertes à la bombe ont visé l'installation montoise. Le Parquet indique que ces alertes se sont déroulées entre 10 h 30 et 14 h 30 et sont l'œuvre d'un plaisantin. Ce dernier aura répété la mauvaise blague au moins à quatre reprises dans la journée de samedi.

Ces fausses alertes n'ont toutefois pas provoqué de grosses perturbations. En effet, les services de secours ont prévenu Infrabel et demandé une inspection de la gare vers 13 heures. Inspection que la police des Chemins de fer et Securail ont menée sans devoir évacuer la gare. Le trafic ferroviaire a lui aussi été épargné de toute perturbation. Au final, l'inspection n'aura rien révélé d'anormal.

Selon le Parquet, les fausses alertes répétées seraient l'œuvre d'un seul et même plaisantin. L'individu serait en passe d'être identifié. Il risque une peine d'emprisonnement de 3 mois à 2 ans pour fausse menace.