Après la détection de traces de PCB dans deux fermes avoisinant le broyeur à métaux d'Obourg, les autorités régionales et communales étaient mises en alerte et avaient lancé plusieurs analyses tout en prenant des mesures pour limiter les risques de pollution.

En septembre, les premiers résultats du bilan environnemental apportaient des informations rassurantes. "Le niveau de risque montre qu’il n’y a pas de danger immédiat pour la santé de la population mais nécessite de prendre des mesures préventives en cas d’exposition chronique", communiquaient alors les autorités.

La Ville de Mons vient d'obtenir d'autres analyses que l'échevine Catherine Marneffe, interrogée par Sandrine Job (PS), a communiquées lors du dernier conseil communal. Après la mousse, ce sont les choux qui ont rendu leur verdict. "Les choix ont une croissance lente et une culture facile, ils sont couramment utilisés pour suivre les substances polluantes dans l'air", a expliqué l'échevine. "Après une période d'exposition de huit semaines, les choux ont été récupérés début octobre pour analyse. Eco-Impact a ensuite remis un rapport final au SPW qui l'a validé et nous l'a transmis le 15 janvier. L'analyse des choux ne montre pas des résultats différents et les concentrations mesurées restent inférieures au seuil d'intervention, comme pour l'analyse des mousses. Les indications aux citoyens restent donc inchangées."

Le Service Environnement de la Ville de Mons travaille à la vulgarisation du rapport final, intégrant toutes les analyses effectuées, afin de pouvoir diffuser le plus rapidement possible les informations de manière compréhensible.

Pour l'échevine de l'Environnement, ce rapport final n'apportera pas une conclusion au dossier, mais marque plutôt un point de départ. "Différentes mesures ont déjà été prises fin 2020, avec notamment l'installation d'un filtre à charbon actif sur le broyeur à métaux et la mise en place d'un plan de réduction des émissions diffuses", rappelle Catherine Marneffe. "Ces différentes mesures contribuent à réduire la pollution et font l'objet d'un suivi des émissions à la sortie de la cheminée sur base de normes actualisées, mais aussi à travers des jauges en périphérie du site. Tout ne va donc pas s'arrêter au bilan environnemental. Il y a une évaluation permanente pour assurer un suivi des mesures qui permettent de réduire la pollution et nous serons très attentifs."