La ministre Céline Tellier fait le point sur le dossier.

Des céréales destinées à engraisser des bovins ont été saisies par l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) dans deux fermes à Obourg. Après analyse et contre-analyse, l'Afsca y a en effet décelé la présence de PCB, des perturbateurs endocriniens reconnus comme nocifs pour la santé. Aussitôt révélée, l'affaire s'est invitée sur les bancs du parlement wallon. Les députés François Desquesnes (cdH) et Joëlle Kapompole (PS) ont interpellé la ministre de l'environnement Céline Tellier (Ecolo) en séance plénière ce mercredi.

Les questions des deux députés étaient multiples notamment sur les risques, les mesures de précaution, le plan d'action et l'enquête. "Cet endroit est situé à proximité de l'entreprise Cometsambre, qui broie des voitures", explique François Desquesnes. "On sait que, dans le broyage de voitures, il y a potentiellement, pour les anciennes en tout cas, du PCB. Cela fait d'ailleurs, si mes informations sont exactes, la suite d'une enquête qui a déjà été menée à Courcelles sur le même genre d'incident auprès d'un autre broyeur."

La ministre Céline Tellier a d'abord répondu sur ces fameuses émissions de broyeurs à métaux. "La Région a édicté des normes parmi les plus sévères d'Europe et celles-ci ont donné lieu à des révisions de permis d'urbanisme concernant les différents broyeurs, dont ceux que vous avez cités. Sur les sites concernés des investigations sont en cours, notamment en collaboration avec l'Afsca pour tout le volet agricole qui est en particulier ici visé dans le cas d'Obourg."

Des dépassements sur quelques silos ont été relevés à Obourg. "J'ai demandé directement à mon administration de compléter ces éléments de l'Afsca d'une analyse approfondie, d'un bilan environnemental et sanitaire afin de déterminer la source précisément de ces pollutions, de constater s'il s'agissait d'une source historique ou bien d'une pollution plus actuelle ainsi qu'une analyse de risques plus large sur cette question", poursuit la ministre.

Le rapport de l'Afsca a par ailleurs été remis au ministre fédéral de l'agriculture Denis Ducarme. "Je vais le solliciter pour pouvoir coordonner au mieux notre action commune en la matière. Les agriculteurs ont aussi été accompagnés par l'administration qui a des contacts directs avec la société Comet qui souhaite faire toute la clarté sur la source de cette pollution."

Cette même société Comet qui est en train de placer des filtres comme exigé suite à la révision de son permis. "Le broyeur tourne actuellement très peu vu la diminution de l'activité en raison de la crise du COVID. Pour terminer, en ce qui concerne l'information aux riverains, la société a communiqué des informations directement aux riverains. Les différents conseils habituellement donnés aux citoyens à proximité restent d'application."