Roberto Di Antonio n’a pas apprécié la réaction de l’échevin des Travaux honnellois

HONNELLES Mauvaise surprise, ce jeudi matin, pour Roberto Di Antonio dans la rue du Touquet à Erquennes, dans la commune des Honnelles. En partant travailler, il découvre un chantier de rénovation de voirie devant chez lui. “Le souci, c’est que le chantier fait 600 mètres et qu’il m’est impossible de passer”, raconte Roberto Di Antonio. Il faut savoir que la rue du Touquet est une rue en cul-de-sac.

L’arrêté de police affiché précise que le passage est autorisé pour le charroi léger dès la fin du 3e jour ouvrable, suivant le délai d’exécution. Mais pour le charroi lourd, c’est interdiction de circuler pour 30 jours. “Je n’ai plus accès ni d’un côté ni de l’autre”, poursuit-il. L’Honnellois interroge l’entrepreneur, qui l’enjoint de voir avec l’administration.

Le contact avec l’échevin des Travaux, Lucien Pouille (MR) est particulièrement froid.

“Je ne suis pas responsable de l’envoi tardif des courriers”, lui aurait répondu ce dernier. Mais également.

“Je savais que tout le monde allait m’appeler, mais ce ne sont pas des gens qui vont voter pour moi, surtout pas vous”. (sic)

Pour précision, Roberto Di Antonio est le frère du ministre dourois, Carlo di Antonio (CDH).

L’échevin dément fermement être intervenu de la sorte. “La politique n’a rien à voir là-dedans. Nous avons restauré la route”, enchaîne l’édile honnellois. “Quand les gens sont courtois, il n’y a pas de problème. C’est une affaire de quelques heures. Si les ambulances et les pompiers, doivent passer, elles passeront”.

De son côté, Roberto Di Antonio indique que ce n’est pas la première incartade subie. “J’ai déjà fait des demandes pour un éclairage dans la rue. Même le fauchage ne va pas jusqu’au bout de la rue. J’avais prévu deux terrassements devant chez moi, je ne sais pas comment faire. Si je n’arrivais pas à m’arranger pour annuler mes travaux, j’allais mettre un avocat sur le coup”.

Le pis est que la voirie est empruntée par des agriculteurs, dont le propre neveu de M. Pouille. “Si M. Di Antonio met un peu du sien, il sait toujours passer par un autre chemin”, répond l’échevin.

“Ce que je vois, c’est que le chemin est restauré et que les agriculteurs seront contents de passer sur des chemins corrects, qui n’avaient plus été réparés depuis 50 ans”.

En attendant, Roberto Di Antonio restera “enfermé” chez lui pendant trois jours.



© La Dernière Heure 2012