Mons Le 21 mai 2015, le corps de Karim Oualyad (26 ans) était retrouvé sur la place de Seneffe, transpercé de 13 balles dont 5 létales.

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné lundi Antoine Mouton à 14 ans de prison ferme. En 2015, il avait abattu Karim Oualyad de plusieurs balles, dans le centre de Seneffe. L'excuse de provocation plaidée par la défense a été rejetée, les menaces indirectes qui auraient été proférées par la victime ne constituant pas des violences graves. La victime et le prévenu se connaissaient pour avoir commis des vols ensemble durant leur jeunesse. Ils s'étaient toutefois disputés et, quelques semaines avant les faits, Karim Oualyad avait été passé à tabac par Antoine Mouton et ses amis. Selon le prévenu, Oualyad était décidé à se venger et la rumeur publique faisait état de menaces de mort envers sa personne. Antoine Mouton s'était alors armé et avait quitté son domicile, craignant les représailles.

En mai 2015, il était toutefois retourné à Seneffe pour se rendre dans une pizzeria à la demande de sa compagne. Karim Oualyad était alors arrivé à bord d'une voiture et s'était dirigé vers celle de Mouton qui, immédiatement, a décoché un premier coup de feu. Il était ensuite sorti de l'habitacle pour tirer 13 projectiles au total, tuant la victime.

Après avoir tenté de faire croire à un carjacking manqué, Antoine Mouton a fini par reconnaître être l'auteur des tirs, ainsi que son intention homicide. Son avocat, Me Bouchat, a toutefois invoqué l'excuse de provocation, estimant que les menaces de mort qui planaient sur son client ajoutées à la personnalité de la victime constituaient des violences graves pouvant justifier cette cause d'excuse.

Le tribunal a écarté cet argument. Vu l'extraordinaire gravité des faits, sa détermination terrible mais également son jeune âge et le stress provoqué par le climat, Antoine Mouton a écopé de 14 ans de prison ferme.