Le tribunal correctionnel de Mons a entamé vendredi à 13h00 la lecture du jugement dans le cadre de l'affaire Mawda. La présidente a déclaré d'emblée que le tribunal ne se prononcerait que sur les faits dont il était saisi et non sur la politique menée par la Belgique en matière d'accueil des migrants.

"Aussi légitimes que les interrogations des parties civiles puissent être, il n'appartient pas au tribunal de se prononcer sur des éléments qui dépassent largement le cadre de sa saisine", a déclaré la présidente Bastiaans. Les réponses apportées ne seront donc que pénales et pas politiques.

Pour rappel, la petite Mawda avait été touchée d’une balle dans la tête dans la nuit du 16 au 17 mai 2018 sur l’autoroute E19, à hauteur de Maisières, alors qu’elle se trouvait aux côtés de ses parents et d’autres migrants à bord d’une camionnette que la police poursuivait. La course-poursuite s’était étalée sur plus de 60 kilomètres et s’était finalement terminée avec la mort tragique de l’enfant.