C'est inédit pour une ville wallonne. L'objectif est de mieux encadrer les demandes de permis.

L'éolien a le vent en poupe à Mons où plusieurs projets montrent le bout de leurs mâts. À Spiennes, dans le zoning de Ghlin-Baudour où encore à Harmignies, des réunions d'information préalable ont ainsi été organisées récemment, annonçant de probables demandes de permis. La Ville est par ailleurs engagée dans une bataille juridique avec H&M qui souhaite implanter une éolienne sur son centre logistique à Ghlin.

Pour éviter que les projets n'essaiment de façon anarchique, le collège communal a décidé de se doter d'un cadre éolien. La Région wallonne et l'intercommunale IDEA en ont déjà. La Ville de Mons s'y met aussi, ce qui serait une première au niveau communal. "Concrètement, il s'agit d'établir un cadre de référence pour assurer une bonne cohabitation entre les projets qui se développent et ceux qui sont amenés à se développer", indique l'échevin Maxime Pourtois. "Nous voulons un développement cohérent, c'est pourquoi nous définissions les sites qui s'y prêtent le mieux. De manière cohérente avec le cadre de l'IDEA, nous mettons la priorité sur les zonings industriels."

La Ville souhaite ainsi annoncer la couleur auprès des promoteurs. "Ça va nous permettre de mieux encadrer les démarches de potentiels investisseurs qui sauront d'emblée quelles sont les dispositions de la Ville", poursuit Maxime Pourtois. "Libre à chacun de déposer une demande de permis pour le projet qu'il souhaite. Mais les promoteurs pourront déjà savoir avant si leur projet sera soutenu par la Ville ou pas."

Pour Mons en Mieux, ce projet est trop restrictif et risque de bloquer tout projet éolien. "Un cadre éolien est censé faciliter les démarches des investisseurs. Ici, c'est tout l'inverse, la Ville de Mons pourra bloquer n'importe quel projet, n'importe où", pointe Georges-Louis Bouchez. "En indiquant que toutes les décisions seront prises pour respecter le cadre bâti et non bâti de Mons, on ouvre la porte à tous les recours possibles et imaginables."

Le collège s'en défend. "Le cadre éolien n'a aucun aspect contraignant. Il s'agit bien de permettre aux investisseurs d'anticiper les décisions du collège et aux riverains de savoir quelles sont nos attentes", précise le bourgmestre Nicolas Martin.

À la différence du cadre wallon, ce cadre montois n'est pas pourvu d'une carte indiquant les zones favorables à l'implantation d'éoliennes. "C'est voulu. D'abord parce que l'impact des projets éoliens dépasse bien souvent le territoire communal. Ensuite parce que c'est le rôle des études d'incidence, dans le cadre de demande de permis, de déterminer si une zone est balayée par des vents favorables. Enfin parce qu'une carte pourrait être un outil à double tranchant. Elle pourrait inciter des promoteurs à développer des projets dans des zones où nous ne souhaitons pas nécessairement d'éoliennes. Notre priorité, ce sont les zonings industriels", conclut Maxime Pourtois.