Les Diables Rouges rassemblent toujours autant. Lors de leur premier match contre la Russie, les supporters ont répondu présent et n’ont pas boudé leur plaisir de retrouver nos joueurs sur le terrain. Ce jeudi, les hommes de Roberto Martinez affronteront le Danemark et, le lundi 21 juin, la Finlande. Pour limiter au maximum les incidents liés à la fréquentation des centres-villes par les supporters, quelques précautions ont été prises par les autorités locales.

Du côté de Quiévrain notamment, une ordonnance temporaire de circulation routière vient d’être adoptée dans le cadre de l’Euro. Dans un premier temps, cette dernière ne concerne que les matchs de la Belgique. Lors de ceux-ci, à la demande de la zone de police des Hauts-Pays, l’accès à la rue Grande de Quiévrain sera interdit aux véhicules dès la seconde mi-temps, c’est-à-dire ce 17 juin entre 19 heures et 23 heures, et le 21 juin prochain entre 22 heures et 1 heure du matin.

Les véhicules qui se trouveraient dans le dispositif pourront cependant en sortir, soit vers la rue Debast, soit vers la rue de Valenciennes ou la rue des Wagnons. Au niveau du rond-point de la Bourse, les véhicules seront déviés afin qu’ils ne puissent plus avoir accès à la rue Grande. Des déviations seront donc mises en place, en venant de la rue des Wagnons vers la rue Jules Pitot, et en venant de la rue de Valenciennes vers la rue des Wagnons.

Des barrières nadar seront installées en temps voulu et déplacées à l’issue des rencontres sportives par les services de police, qui veilleront au grain. L’ordonnance prévoit en effet que "les contrevenants seront punis de peine de police" et qu’en cas "de nécessité absolue, les véhicules en infraction seront enlevés à charge et aux frais de leur propriétaire." Du côté de la commune de Quiévrain, on n’imaginait pas ne pas accéder à la demande de la zone de police.

"J’ai pu lire certains commentaires qui témoignent du fait que la mesure passe mal mais si nous avions refusé cette mesure et qu’un incident survient, on pourrait nous reprocher de ne pas avoir pris nos responsabilités", explique Véronique Damée, bourgmestre. "Il s’agit avant tout de précaution, aucun débordement n’a été constaté. Mais nous sortons d’une période de confinement et les gens retrouvent leur liberté, ont l’envie de faire la fête."

La rue Grande, au niveau de la place du Parc notamment, reste le lieu le plus sensible. "Il s’agit vraiment d’éviter les rassemblements. C’est la police qui juge de l’utilité d’appliquer ou non l’ordonnance puisque c’est elle qui gère le placement et l’enlèvement des barrières." Lors du premier match des Diables, celles-ci n’ont par exemple été placées qu’à l’issue de la rencontre, et non pendant celle-ci.