Inauguré pour mettre fin aux armes nucléaires, le parc fera l'objet d'un projet de revitalisation.

"Lutter contre l'arme nucléaire, c'est lutter pour la vie", disait Pierre Piérart. Aujourd'hui décédé, l'ancien professeur montois a notamment laissé derrière lui le parc Hibakusha sur le campus de la plaine de Nimy de l'UMons. Un espace de recueillement créé en 1989 à la mémoire des 180.000 victimes de la bombe atomique à Hiroshima et des 80.000 autres de Nagasaki.

Comme chaque année, le parc accueillera ce samedi 10 août une journée commémorative à l'occasion du 74e anniversaire de cette tragédie nucléaire. La commémoration rassemble des personnes de tous bords et de tous lieux, ainsi que des représentants de nombreuses associations pour la paix et antinucléaires, tant flamandes que francophones. Les participants seront accueillis sur les coups de 14 heures. Les différentes associations prendront la parole avant que tous marquent une minute de silence en souvenir des victimes.

À 15 heures sera présenté à la salle des Conseils le projet de revitalisation "Parc Hibakusha 2020". L'idée est d'offrir un coup de jeune à ce parc inauguré il y a près de 20 ans à l'occasion du 75e anniversaire des catastrophes d'Hiroshima et de Nagasaki l'année prochaine. Rappelons qu'une convention visant à perpétuer le parc Hibakusha lie l'UMons, le Centre d’Ecologie Appliquée du Hainaut (CEAH), l’Association des Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire (AMPGN), le Comité de Surveillance de l’Otan (CSO) et la Coordination Nationale d’Action pour la Paix et la Démocratie (CNAPD), dont Pierre Piérart était membre et responsable à divers titres.

Plus qu'un lieu de mémoire, le Pierre Piérart souhaitait en effet que le parc favorise les moments de réflexion, d’échanges d’idées, de recherche d’actions pour le désarmement nucléaire mondial et l’abolition des guerres. Les discussions promettent donc d'être animées cette année. Outre la revitalisation du parc, les participants devraient certainement discuter du traité sur les forces nucléaires intermédiaires qui liait les États-Unis et la Russie et qui vient d'être enterré, laissant craindre une nouvelle course à l'armement. "Si tu veux la paix, prépare la paix", déclarait encore le Pr. Piérart. Au parc Hibakusha, le travail ne devrait pas manquer…