La Région wallonne ordonne sa régularisation au plus vite.

Le RAJS Honnelloise traverse actuellement une grave zone de turbulence. Non pas sportivement, mais bien administrativement. Le bâtiment de la buvette du terrain de Roisin est au cœur du problème. Établie il y a une quarantaine d’années, la cafétéria du club a récemment été fermement montrée du doigt par un riverain. Le bâtiment, construit sur une zone agricole, n’a jamais possédé le moindre permis d’urbanisme ni reçu la moindre autorisation. "Aidé d’un avocat, le riverain a interpellé le service urbanisme du Service public de Wallonie (SPW). La machine s’est mise en route suite à cela" , explique le bourgmestre Bernard Paget (PS).

Le SPW n’a évidemment pas tardé à réagir. "Il y a quelques mois, le club a reçu une première injonction de la Région wallonne", poursuit le bourgmestre. "Le bâtiment devait se mettre en conformité dans un délai de trois mois. Mais ils n’ont rien fait et ont même continué à construire une annexe. Le fonctionnaire délégué du SPW est donc revenu à la charge récemment."

Un procès-verbal et un constat ont été dressés et le dossier a été transmis au procureur du Roi de Mons. Le club doit désormais régulariser la situation du bâtiment sous peine de destruction pure et simple de sa buvette. " Nous sommes propriétaires du terrain en lui-même mais la buvette qui a été construite et agrandie est sur un terrain privé", précise Bernard Paget.

La commune se gratte donc la tête pour venir en aide au club honnellois et trouver une solution rapide. "C’est difficile de régulariser un bâtiment qui ne nous appartient pas… Nous observons donc la situation pour faire le moins de dégâts possible et pour ne pas mettre en péril le club qui tourne bien sportivement parlant. Nous mettons donc tout en œuvre pour trouver une solution, mais nous n’avons pas toutes les cartes en main."

Si une solution de régularisation venait à être trouvée dans les prochaines semaines, le parquet de Mons devrait décider d’attribuer une simple amende au club. Dans le cas contraire, le procureur du Roi ordonnera le démantèlement des installations. Dans le camp de l’opposition honnelloise, on pense en tout cas avoir trouvé la solution miracle au problème (voir ci-dessous).

Une solution toute trouvée proposée au bourgmestre

Lors d’un conseil communal organisé spécialement ce mercredi soir pour faire état du problème, le conseiller communal Matthieu Lemiez (EPH) a proposé une solution miracle. "La commune peut tout à fait effectuer une demande de régularisation des installations", débute-t-il dans son raisonnement. "Un article du Code du développement du territoire prévoit que la commune n’est pas obligée d’être propriétaire d’un terrain pour effectuer une demande de permis. Un autre article dit qu’une commune peut demander une dérogation de plan de secteur en avançant que la buvette du club est quelque chose d’utilité publique pour la commune."

En combinant ces deux articles, la commune pourrait donc effectuer une demande de régularisation générale. Reste à savoir si la majorité socialiste se tournera ou non vers cette solution. "Majorité ou opposition, là n’est pas le problème. Il faut aider le seul club de football du coin. Il serait irréaliste que la commune n’utilise pas cette solution. Elle aurait la mort du club sur la conscience même si ce n’est pas elle qui a fait ces infractions urbanistiques", ponctue Matthieu Lemiez.