Mons L’équation est simple pour Frameries : un succès face au Coq Mosan, et c’est le titre

Malgré l’aura du club et les qualités de l’effectif, ce n’était pas forcément attendu. Pourtant, Frameries est en passe d’effectuer son retour au sein de l’élite nationale et la condition est simple, c’est battre le Coq Mosan dimanche. "Compte tenu du fait que nous restons sur une longue série de matches d’affilée, le meilleur moyen de monter serait de s’imposer ce week-end", confie le directeur technique, Vincent Bultez. "Si ça ne devait pas se passer comme ça, on pourrait jouer les barrages le week-end suivant mais ce serait encore un match de plus et surtout la perspective de gagner la montée face à une P1. Et cela fait très longtemps qu’on n’a plus rencontré d’équipe de ce niveau."

À l’aube de la dernière journée, les Framerisois comptent un point de retard sur les Liégeois, mais ils restent sur une terrible performance à Audenarde, 3e au classement. "De l’avis de nos joueurs, et c’est celui qui compte le plus, il s’agit d’un match référence. Ça nous permet d’aborder notre prochain rendez-vous avec sérénité. On est assez sûr de nous, mais pas trop. Parce qu’on sait aussi que le Coq Mosan, ça reste un cran au-dessus d’Audenarde."

Mais l’autre changement, c’est que Frameries jouera à domicile. "C’est effectivement quelque chose d’important. Surtout d’évoluer sur notre synthétique. Maintenant, j’espère simplement que ça ne paralysera pas nos joueurs, même s’ils ont montré dans le derby face à Mons qu’ils pouvaient composer avec une très belle affluence. On fait en tout cas beaucoup de bruit sur les réseaux sociaux pour être soutenus un maximum."

En cas de montée, le bilan de la saison serait sans doute meilleur qu’espéré. "On sortait d’une saison catastrophique et on avait sérieusement rajeuni les cadres, si bien que nous tablions sur un Top 3. Avant Pâques, personne ne nous voyait champion parce que nous avions pas mal de matches en retard, mais si on excepte deux faux pas vers la Toussaint, le challenge a été plutôt réussi."

L’incertitude sur le terrain n’empêche pas de préparer déjà la saison prochaine. Avec un élément capital qui incite à l’optimisme : le staff, et notamment l’entraîneur Raphael Bonicel, sera reconduit.