GLB a lâché le morceau lors de son débat avec Ducarme sur la RTBF. Mais il précise ses propos...

S’il devient président du MR, Georges-Louis Bouchez l’a annoncé, il gardera son mandat de conseiller communal dans la Cité du Doudou. Mais il ne pèsera plus de la même manière sur la formation politique qu’il dirige, Mons en Mieux. Comment ? Jusqu’ici, le Montois a entretenu le mystère.

Mais sur le plateau de la RTBF jeudi soir, le libéral a levé un peu plus le coin du voile. Interrogé sur la question du décumul, Georges-Louis Bouchez a confirmé qu’il quitterait son mandat de sénateur, garderait celui de conseiller communal, mais aussi qu’il quitterait "son rôle de chef de groupe".

Un pied en moins dans l’arène montoise ? Pas vraiment. Georges-Louis Bouchez compte bien continuer à peser sur le destin politique de la formation qu’il a créé l’an dernier. "L’idée sera originale, ce ne sera pas un remplacement poste pour poste", nuance l’actuel chef de groupe. "Je peux être autre chose. En réalité, je veux me retrouver dans une position qui ne m’impose pas d’avoir un suivi sur une série de choses plus techniques. Je garderai le pilotage politique du groupe. Mais il est évident que je souhaite être déchargé de toute une gestion administrative."

Précisant ses propos tenus sur le plateau de la RTBF, Georges-Louis Bouchez nous indique donc qu’il gardera les rênes de Mons en Mieux, mais sera secondé par un bras droit pour l’aspect technique du groupe. Le libéral n’a en effet jamais caché sa volonté de devenir bourgmestre de Mons en 2024. Si les militants le choisissent, il pourra compter sur son statut de président du MR pour tenter de déloger un PS historiquement cramponné au pouvoir dans la Cité du Doudou. Un statut à double tranchant toutefois. Alors que les partis traditionnels sont en recul, Georges-Louis Bouchez pourrait aussi souffrir des actions du MR à d’autres niveaux de pouvoir pour le scrutin communal.

C’est en tout cas deux adversaires au profil diamétralement différent que Mons devrait donc voir opposé. En effet, le socialiste Nicolas Martin a de son côté décidé de se consacrer exclusivement à son mandat communal. Reste à voir pour qui le choix s’avérera payant et avant cela, si Georges-Louis Bouchez confirmera auprès des militants du MR son avance prise au premier tour de ces élections internes.