Le MR campe sur ses positions en évoquant un conflit d’intérêts. Le foyer culturel reste, lui, dans le flou

La semaine dernière, le MR saint-ghislainois évoquait un conflit d’intérêts dans le chef de François Duveiller (cdH), président de l’ASBL Maison Villageoise et vice-président du foyer culturel. Les réformateurs estiment que ce dernier joue de ses différentes casquettes pour rédiger des conventions d’aide de service entre son ASBL et le foyer culturel.

Quelques jours après ces révélations, le foyer culturel semble plus que jamais dans le flou quant à la position à adopter. "Une réunion a été organisée ce lundi. La demande de convention est ambiguë et selon nous, elle est irrecevable puisqu’elle est déposée par quelqu’un qui a deux casquettes, dont celle de vice-président du foyer culturel", confirme Patrick Danneaux (PS), président.

Pour l’heure , le foyer culturel a décidé de ne pas trancher et de se trouver vers la justice. "Personne au sein du foyer culturel n’est en mesure de trancher. Nous avons donc interpellé le procureur du Roi pour qu’il détermine si oui ou non il y a conflit d’intérêts." L’objectif de la démarche étant également de savoir si la demande pourrait être réintroduite par un autre membre de l’ASBL. "La situation est délicate, nous sommes pris en otage."

De son côté, le MR espérait un geste fort de la part du président de l’ASBL, également conseiller communal dans l’opposition. "À la lecture des différentes réactions de François Duveiller dans la presse, nous avons compris qu’il ne prenait pas conscience qu’il y avait au moins une faute morale et éthique", regrette François Roosens. "Bernard Dupriez et moi-même avons de ce fait décidé de déposer une plainte auprès du procureur du Roi."

Plusieurs documents lui ont été transmis afin qu’il puisse prendre la mesure de la situation. "Nous n’avons pas pour objectif de salir une ASBL et des membres qui font de l’excellent travail. Mais pour nous, la situation est claire, il y a conflit d’intérêts. Si cela n’était pas le cas, nous ne comprenons pas pourquoi la convention devrait être réintroduite par quelqu’un d’autre."

Et de conclure : "Nous aurions pu attendre que la convention 2017 soit signée pour tirer la sonnette d’alarme. Ce n’est pas ce que nous avons fait car nous souhaitions que le foyer culturel et l’ASBL puissent réagir. Pour les conventions précédentes par contre, il est trop tard." L’affaire n’est donc pas close.


François Duveiller : "Je suis très serein"

Pourtant dans la tourmente puisque soupçonné de conflit d’intérêts par le MR de Saint-Ghislain, François Duveiller reste confiant. "Ce dossier reflète bien les problèmes rencontrés dans le monde associatif. Beaucoup d’élus sont membres d’associations. C’est aussi le cas du bourgmestre de Saint-Ghislain", explique-t-il. "Aujourd’hui, nous portons un regard différent sur la situation pour que plus aucun membre du conseil d’administration, ne soit repris dans une convention. La justice suivra son cours mais à titre personnel, je suis très serein, j’estime qu’il n’y a pas de conflit d’intérêts. Finalement, ce qui est désolant, c’est que le problème est soulevé pour une convention qui n’existe pas encore. Le MR évoque la convention de 2016 et oublie qu’en 2015, un membre du MR avait signé cette convention. Je me demande quel jeu il joue. Pour moi, il s’agit d’une attaque envers le monde associatif et les membres de l’ASBL."