Ces aménagements auraient pu sauver Pierre Darquenne. Les cyclistes les attendent depuis longtemps.

Mercredi matin, une cinquantaine de proches et de cyclistes concernés rendaient hommage à Pierre Darquenne, décédé un an plus tôt sur la route industrielle à Obourg, alors qu'il se rendait à vélo à son travail. L'heure était au recueillement, mais la colère était également palpable.

Cette route qui dépend de la Région wallonne est en effet considérée comme très dangereuse. Pierre Darquenne avait lui-même tiré la sonnette d'alarme à plusieurs reprises. Après son décès, des aménagements avaient été annoncés. Mais un an plus tard, ses proches, le Gracq et la Ville de Mons disent n'avoir aucune nouvelle du dossier.

"Après avoir été consultés en octobre 2018, nous avons appris le mois dernier qu'aucun aménagement n'était prévu, faute de budget", regrette Ludovic Toussait du Gracq. "Ensuite, nous avons entendu dire que les travaux seraient seulement postposés, en raison du chantier de l'autoroute."

Du côté de la Ville de Mons, on demande également des éclaircissements. "Les plans ont été soumis au collège communal qui les a approuvés tout en proposant quelques modifications", explique l'échevine Catherine Marneffe. "Les travaux devaient commencer en juin, mais nous n'avons pas de nouvelles. Nous avons donc écrit au cabinet du ministre Di Antonio pour savoir où en était le dossier, si les modifications proposées étaient retenues et s'il était possible de réaliser des aménagements d'urgence en attendant le début du chantier."

Mais le cabinet du ministre Di Antonio nous indique que c'est pour bientôt. "Le chantier devait commencer en juin, mais a été retardé à cause des travaux de l'autoroute", explique le porte-parole du ministre. "Les marchés publics ont bien été lancés et les travaux de sécurisation du tronçon de la route industrielle, à hauteur d'Obourg, devraient commencer en septembre."

Ces travaux devraient notamment permettre de réduire le nombre de voies sur la route et d'y aménager des pistes cyclables ainsi qu'une traversée pour les cyclistes et les piétons. Un projet qui devrait aussi apporter des changements positifs pour les habitants de la cité du Congo à Havré.