Suite à l’interpellation d’un suspect dans le cadre d’un dossier initié en 2021, les services de la Police judiciaire fédérale (PJF) de Mons Tournai ont pu mettre la main sur un réseau actif dans le trafic de faux CST. Initialement orientée vers un réseau de trafic de stupéfiants, l’exploitation du téléphone d’un des suspects a permis d’établir que ce dernier était également actif dans le trafic de faux CST français.

"Au total, pas moins de 88 CST ont été retrouvés sur son téléphone", indique le Procureur du Roi de Mons. "Ceux-ci lui auraient été fournis par un ressortissant français sur Snapchat puis écoulés par l’intéressé via divers intermédiaires."

Le 28 février dernier, la PJF de Mons Tournai, avec l’appui de celle de Bruxelles et de la zone de police BRUNO, a mené six perquisitions sur les arrondissements judiciaires du Hainaut et de Bruxelles. Cette opération organisée en deux phases a nécessité le déploiement de près de 40 policiers. De nombreux moyens techniques ont également été engagés.

"Sept personnes ont été interpellées parmi lesquelles trois ont été placées sous mandat d’arrêt", poursuit le Procureur du Roi de Mons. "Cette opération a permis la saisie de faux CST ainsi que de plusieurs bons de commande relatifs à ceux-ci. L’enquête se poursuit sous l’autorité de la Juge d’Instruction Neveu."