La reconversion du site de la Protection civile à Ghlin n'en finit pas de nourrir les débats. La Province du Hainaut a confirmé début septembre son intention d'acquérir le site pour y développer un centre de formation et d'entraînement pour les acteurs de la sécurité publique et privée.

Le projet ne convainc pas tout le monde, Jacqueline Galant a ainsi déjà expliqué tout le mal qu'elle en pensait, s'attirant les foudres de Pascal Lafosse qui porte cette reconversion. Du côté d'Ecolo, on émet également des doutes sur la rentabilité du projet. "Alors que la Province doit trouver des millions d'euros pour financer ses zones de secours, tout nouveau projet se doit d'être rentable, soit en augmentant les recettes, soit en diminuant les frais actuels", indique Philippe Lesne, conseiller provincial Ecolo. "Or, jusqu'à maintenant, les quelques informations que nous avons pu avoir sur la future exploitation du site ne nous permettent pas d'affirmer que ce projet sera rentable."

Pour le député provincial qui défend le projet, les calculs des Verts ne sont pas bons, ils se résument à une accumulation simpliste d'additions et de soustractions. "La bonne gestion des deniers publics est primordiale évidemment, mais nous n'avons pas la même vision de la rentabilité qu'une entreprise privée, car nous devons aussi offrir des services publics de qualité aux citoyens", réplique Pascal Lafosse. "Or, il y a une vraie demande en matière de formations liées à la sécurité. Au cours des cinq dernières années, le nombre de participants à ces formations provinciales a augmenté de 50%. Le site de Ghlin apparait comme une opportunité pour répondre à cette demande en hausse. Aujourd'hui, faute de place, nous sommes obligés de louer des containers à 5.000 euros par mois."

Et le député de préciser comment il compte s'y prendre, sans faire de cet ambitieux projet un gouffre financier, profitant notamment d'une enveloppe de 5 millions d'euros dédiée à la formation à la sécurité et qui n'a pas été utilisée. "Il est envisagé de faire de Ghlin une deuxième antenne de notre Régie provinciale autonome (RPA) Hainaut Sécurité située à Bauffe", explique le Député. "Cette RPA dégage un bénéfice et son premier objectif est de mettre des infrastructures d’entraînement à disposition. On s'orienterait alors vers le développement de deux sites d'entraînement : Bauffe principalement pour les services de secours et Ghlin pour les services de sécurité ; Bauffe permettant notamment de réaliser des simulations d'interceptions et de déploiements qui ne seraient pas possibles à Ghlin."

Mais Ecolo n'est pas plus convaincu. "On nous explique encore toutes des activités qui vont générer de nouvelles dépenses, mais nous manquons de chiffres sur les recettes pour nous assurer de la rentabilité du projet", insiste Philippe Lesne. "Si plus tard, la Province doit passer sous CRAC parce qu'elle ne peut pas financer ses zones de secours, il faudra l'assumer."

Chaque chose en son temps pour Pascal Lafosse. "On a voté lors du dernier conseil l'intention d'acquérir ce site. Avant cela, il était impossible de démarcher auprès du privé pour proposer quelque chose que nous n'avons pas. J'ai tout de même fait la démonstration que sans ce site, nous aurions des dépenses importantes comme la location de containers. À présent, la RPA va pouvoir faire son business plan. Nous le présenterons et Ecolo pourra voir que pour chaque dépense, il y a des recettes." D'ici là, Pascal Lafosse propose d'organiser une visite des sites concernés pour convaincre les indécis.