Mons L’arnaqueuse utilisait le même procédé à chaque appel

On le sait, les arnaques par téléphone sont devenues monnaie courante. Il nous est déjà arrivé de recevoir un appel nous annonçant la réception prochaine d’un beau cadeau. Ce vendredi, plusieurs personnes y ont eu droit. La zone de police Mons-Quévy a reçu pas moins de six plaintes en ce sens. Pour cause, une dame a tenté d’extorquer de l’argent à des personnes âgées.

À chaque appel, l’arnaqueuse en question répétait le même scénario avec une précision chirurgicale. Elle se faisait passer pour l’assistante juridique d’un avocat en prenant soin de dénicher un homme de loi différent à chaque coup de fil. Après cette brève introduction, la supercherie pouvait commencer.

Elle se lançait alors dans une explication des plus alambiquées. Elle disait à ses victimes qu’elles avaient été arnaquées huit ans plutôt par téléphone. Le dossier étant, selon elle, entre les mains de la justice, elle annonçait aux personnes âgées qu’elles allaient recevoir une compensation financière à hauteur de 6000€. Mais pour toucher l’argent, il fallait bien évidemment payer des frais de dossier s’élevant à 600€.

La procédure pour avoir cet argent n’en est pas moins absurde. Les victimes devaient se rendre à la pompe à essence Lukoil située sur la chaussée de Binche à Mons. Arrivées à la station-service, elles devaient demander à la caisse une carte Ukash. Ces dernières étant d’une valeur de 100€, il fallait donc en acheter six pour se dédouaner des frais de justice.

Sur ces cartes, 19 chiffres sont présents. L’arnaqueuse rappelait donc ses cibles pour les obtenir. Grâce à cela, les victimes pouvaient retirer leur argent à la banque dès aujourd’hui. Elle n’hésitait d’ailleurs pas à insister en appelant plusieurs fois. Fort heureusement, personne n’est tombé dans le panneau et six personnes se sont déjà manifestées auprès des services de police.

D’après ces victimes, la dame au bout du fil avait un accent mais l’origine diffère selon les témoignages. Plus tôt dans la journée, le gérant de la pompe à essence a également été contacté par une femme qui lui a demandé des renseignements concernant ces fameuses cartes. Quelques heures plus tard, la première victime a porté plainte. La police conseille à la population de rester vigilante, de raccrocher tout de suite et de lui faire connaître les faits au plus vite.