L'aventurier Eric Lobo était à Mons pour Mobiland. Il nous a confié son prochain projet.

Le zoning de Cuesmes était en fête ce week-end avec Mobiland. Un événement qui faisait notamment la part belle aux deux roues et qui pouvait compter sur la présence d'un invité de marque avec Eric Lobo. Longtemps, ce Français a combiné son métier dans l'immobilier et sa passion pour l'ethno-photographie. Mais quand la crise des subprimes porte un coup fatal à ses activités professionnelles, Eric Lobo décide d'assouvir pleinement son goût pour l'aventure et part à la conquête du monde… en Harley Davidson !

Le motard traverse ainsi l'Eurasie, puis l'Amérique du Nord. Toujours selon le même principe : pas de carte, pas de GPS et pratiquement pas d'argent. Bref, la grande aventure ! "Ça a été possible notamment grâce à la solidarité de bikers croisés sur mon chemin. J'ai fait de très belles rencontres en Russie. C'est aussi une belle aventure humaine", commente Eric Lobo.

Toujours au guidon d'une Harley, l'aventurier réalise ensuite un exploit en gagnant un village Inuit, sur l'océan Arctique. Un périple de 50.000 kilomètres, dont 10.000 sur des routes glacées. Une prouesse technique ! "Il a fallu équiper la moto de skis pour avancer sur la glace", explique Eric Lobo. Avec des températures chutant jusqu'à -74°, la Dyna Street Bob du Français a été poussé dans ses derniers retranchements.

Eric Lobo ne compte pas s'arrêter là. Depuis Mobiland, il nous a dévoilé son prochain projet : rejoindre le camp de base de l'Everest. "J'y travaille depuis un moment, ça se précise enfin. Ce sera ma prochaine grande aventure."

De ses pérégrinations, Eric Lobo n'a pas seulement tiré des reportages époustouflants. Il a aussi souligné comment la solidarité pouvait donner des ailes et aider celui qui trouve sa voie à repousser ses limites. Et il n'y a pas qu'aux confins des steppes russes que l'humanité se dévoile ainsi sous ses plus beaux atours. Ce week-end, à Mobiland, accueilli par le chapter Mons-Hainaut d'Harley Davidson, Eric Lobo était tout heureux de retrouver sa grande famille des bikers et de réaliser de belles rencontres. Comme celle de Nigel Bailly, pilote carolo paraplégique qui se prépare pour être sur la ligne de départ des 24h du Mans en 2020.

© D.R.