Mons Ce mardi, la jeune femme a été poursuivie par un homme dans le Passage du centre.

Ce mardi 8 janvier, Sophie a eu la peur de sa vie en quittant son lieu de travail, peu avant 9 heures du matin. La jeune femme s'est fait agresser sur le chemin pour rejoindre sa voiture. "Ca s'est passé dans le Passage du centre", raconte Sophie. "J'ai remarqué la présence de trois hommes devant l'un des magasins du piétonnier. Lorsque je suis entrée, l'un d'eux m'a suivi."

L'homme s'est alors approché de Sophie en l'interpellant d'abord oralement. "Il était derrière moi et disait "Bonjour mademoiselle". Il a répété ça plusieurs fois mais je n'ai pas répondu. Il a continué à me suivre jusqu'au moment où il m'a ordonné de lui remettre mon téléphone portable."

C'est à ce moment-là que la jeune femme a remarqué que son agresseur portait un couteau dans la main gauche. "Il le dirigeait vers moi. J'ai fait mine d'ouvrir mon sac puis j'ai pris la fuite en courant. Je me suis réfugiée vers un groupe de personnes présentes dans la galerie. Grâce à ça, il a arrêté de me suivre."

Heureusement, Sophie s'en est sortie indemne et avec son GSM. Elle a pu regagner sa voiture et rentrer chez elle. Mais elle reste très choquée. "J'ai peur de retourner dans la galerie", confie-t-elle. "J'ai la boule au ventre quand je dois marcher seule dans la rue. Si j'en parle, c'est aussi pour dénoncer cela et essayer d'éviter qu'il y ait d'autres agressions."

Une plainte a évidemment été déposée auprès de la police de Mons. Hormis ses vêtements, Sophie n'a pas pu décrire avec précision son agresseur qui portait une capuche, ce qui cachait en partie son visage.

"Pas encore de caméra à cet endroit"

Même si une caméra de surveillance privée est installée à l'entrée de la galerie, aucune caméra urbaine de la police n'est présente à cet endroit. "Il y a pour le moment une vingtaine de caméras installées dans les axes les plus sensibles de Mons", commente Marc Garain, chef de corps de la zone de police Mons/Quévy. "Il n'y en a cependant pas dans la galerie. Du moins pour le moment, car la question ne s'est jamais posée. Il y en a cependant bien à l'extérieur près des entrées. Les images seront analysées prochainement."

Parallèlement, des patrouilles de police ainsi que des gardiens de la paix circulent régulièrement à cet endroit. Mais pas ce mardi matin.