Alors que les auditoires ont retrouvé les premiers étudiants pour sa traditionnelle "Welcome week", l'UMons se prépare à vivre une rentrée tout à fait exceptionnelle. Elle le sera d'abord pour le contexte sanitaire et le code jaune actuellement en vigueur : une vigilance accrue est recommandée et les contacts doivent être limités. En revanche, les contacts nécessaires sur le plan fonctionnel - et donc l'organisation de cours en présentiel - peuvent continuer grâce à une série de mesures.

Concrètement, tous les étudiants de l'université montoise auront cours en présentiel mais pas forcément en même temps. Les dispositions imposent par exemple de limiter à 75 % le nombre maximum d'étudiants présents simultanément sur le camp afin de pouvoir occuper les locaux de manière sûre. Ce qui signifie que des enseignements à distance resteront possibles dans certains cas en sachant que les étudiants de premières années et de fin de cycle seront prioritaires pour le présentiel.

Dans tous les locaux, le port du masque sera obligatoire pour les étudiants. Et dans les auditoires de plus de 50 personnes, il faudra respecter l'occupation d'un siège sur deux. Certains cours seront donc organisés en petits groupes et d'autres seront donnés à distance. Pour ce faire, l'UMons a investi cet été pas moins de 426 000 euros afin d'équiper ses salles en matériel pour capter et enregistrer des cours en direct ou en différé.

© SH

Paradoxalement, cette rentrée se fera avec des restrictions sanitaires mais un nombre record d'étudiants présents sur le campus. La barre symbolique des 10 000 inscrits va même être franchie avant la clôture des inscriptions le 31 octobre. "Nous enregistrons par exemple une hausse de 10% des primo-inscrits en Bac 1", se réjouit le Professeur Philippe Dubois, recteur de l'UMons. "Et ce, alors qu'on compte forcément une baisse des étudiants étrangers à cause du Covid et qu'on pouvait craindre que beaucoup de jeunes ne s'inscrivent pas dans une université par crainte de l'enseignement en distanciel."

L'université va même réaliser sa meilleure rentrée depuis sa création en 2009. "On remarque aussi que nous sommes devenus une véritable université de deuxième cycle (Master). Nous augmentons le nombre de primo-inscrits de 650 % par rapport à 2009-2010 et de 13,5% par rapport à l'année dernière", pointe Philippe Dubois.


Cinq des facultés affichent une hausse spectaculaire du nombre d'inscrits. Par rapport à l'an dernier, on compte par exemple +25% d'étudiants en sciences, +16% en psychologie et sciences de l'éducation, +20% en architecture et urbanisme, +18% en polytechnique ou encore + 9% en droit. Il s'agit pour la plupart des facultés de la meilleure rentrée depuis la création de l'université.