Mons

Il estime que Bouchez cherche le buzz et ne veut pas rentrer dans la surenchère politique.

La semaine passée, Théo Francken a dû rebrousser chemin alors qu’il était venu donner une conférence à Verviers. Des manifestants, dont la bourgmestre de la commune liégeoise, s’étaient vivement opposés à la venue de l’ancien Secrétaire d’État.

Le scénario va-t-il se reproduire à Mons ? Comme l’annonçaient nos confrères de la Province, Georges-Louis Bouchez a décidé d’inviter Théo Francken dans la Cité du Doudou. Déjà, le SETCA et d’autres associations promettent un comité d’accueil au député N-VA.

Le bourgmestre de Mons déplore pour sa part l’invitation lancée par son adversaire libéral. "Une fois de plus, Georges-Louis Bouchez cherche à faire le buzz", estime Nicolas Martin. "Ses contradictions personnelles ne cessent de m’étonner. En effet, Georges-Louis Bouchez affiche régulièrement son patriotisme en mettant le drapeau belge à l’honneur. Mais il invite un séparatiste flamand qu’on a vu proche d’anciens collaborateurs de guerre. Je trouve indigne de faire la promotion de tels responsables politiques qui sont par ailleurs anti-wallons."

Néanmoins, Nicolas Martin ne se joindra pas aux manifestants comme son homologue verviétoise. "Ce n’est pas mon style, je ne veux pas rentrer dans l’escalade politique", explique le bourgmestre de Mons. "Je préfère éviter l’esbroufe que recherche Georges-Louis Bouchez."

En tant que bourgmestre de Mons, Nicolas Martin reste tout de même responsable de la sécurité. "Comme pour tout autre événement, pour autant que celui-là se confirme, nous serons attentifs pour que les choses se déroulent le mieux possible", assure Nicolas Martin.

Or, l’ambiance promet déjà d’être électrique. Georges-Louis Bouchez s’étonne d’ailleurs des proportions que l’affaire prend. "C’est absurde !", lance le délégué général du MR. "Que dirait-on si Elio Di Rupo était interdit de prendre la parole en Flandre ? Le Setca se rend-il compte de la pub qu’il fait à Théo Francken et du signal qu’il envoie aux 30 % de Flamands qui votent N-VA ? En montrant toute son intolérance, la gauche rend un service en or à ses adversaires. J’espère que la raison va reprendre ses droits. Ceux qui s’opposent à Théo Francken peuvent venir débattre et éventuellement mettre ses thèses en échec."

Georges-Louis Bouchez doit encore trouver un lieu pour accueillir cet événement qui, précise-t-il, n’engage pas son mouvement communal Mons en Mieux.