Mons

L'université enregistre une hausse de 3,7% en comparaison avec l'an dernier.

À quelques jours de la rentrée des étudiants du supérieur, l’Université de Mons a dressé ce mercredi un bilan des inscriptions pour cette année académique 2019-2020. Force est de constater que les filières qui y sont proposées gardent la cote : en comparaison avec la rentrée 2018, la tendance au niveau du nombre total de nouveaux inscrits en premier bloc de bachelier affiche une légère hausse de 3,7%. La barre des 2000 primo-inscrits devrait dès lors être franchie pour la seconde fois.

On notera que la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme enregistre une hausse de 31% des inscrits par rapport à 2018-2019. La Faculté de médecine enregistre elle aussi une hausse de 19,2%, et plus précisément une hausse de 10% en pharmacie et de 60% en sciences en sciences biomédicales. Les chiffres restent stables dans les autres facultés, à l’exception de l’Ecole des Sciences Humaines et sociales qui stagne.

"La croissante est régulière même si elle fluctue selon les facultés", analyse Philippe Dubois, recteur de l’UMons. "Nous nous réjouissons de cette croissance. On estime que dans le Hainaut, un étudiant sur deux qui entreprend des études universitaires le fait chez nous." Le nombre d’étudiants étrangers est lui aussi en nette augmentation (+50% par rapport à l’an dernier), ce qui témoigne d’un rayonnement international.

Autant de constats qui poussent l’institution à se développer, d’une part pour proposer des structures adaptées et un environnement propice à l’étude et d’autre part pour offrir de nouvelles formations. Cette année, deux nouvelles finalités master sont proposées à Mons : le master en sciences biomédicales à finalité spécialisée en neurosciences et le master en sciences informatique à finalité spécialisée en artificial intelligence and data analytics. A Charleroi, l'université propose dorénavant un cycle complet de bachelier ingénieur civil, en collaboration avec l'ULB.

Pas peu fière de ces nouveautés, l’Université se penche déjà sur l’avenir. Dès la rentrée 2020-2021, il sera possible de poursuivre un master en sciences pharmaceutiques, en co-diplomation avec l’ULB. Jusqu’ici, seul le bachelier était proposé à Mons. Mais ce n'est pas tout: un master en sciences informatique en cours de jour et en co-habilitation à Charleroi (UNamur, UMons, ULB et Condorcet) verra aussi le jour. "Nous continuons à étoffer notre offre d’enseignement, tant à Mons qu’à Charleroi, évidemment au bénéfice de nos étudiants", conclut le recteur.