Mons

Depuis cinq mois, le collectif réclame la composition des cabinets du collège de Di Rupo

Au travers d’une interpellation citoyenne pour le prochain conseil communal de Mons, Transparencia exige toujours la composition des membres des cabinets des échevins et bien sûr de celui du bourgmestre, Elio Di Rupo (PS). Depuis novembre 2017, la demande a été formulée par écrit mais n’a pas trouvé écho.

Le comité Transparencia débarquera, à nouveau, en réclamant la publication d'une série de documents officiels comme la composition des cabinets politiques, les rémunérations bruts des membres, les mandats dérivés et les parcours professionnels des membres des cabinets.

"Nous voulons savoir qui sont les personnes qui sont parachutées de cabinet en cabinet," persiste Claude Archer de Transparencia. "Dans les administrations, il y a des fonctionnaires communaux mais aussi certains membres des cabinets qui sont des parachutages des différents partis politiques."

Comme à Liège ou Verviers, le groupe local de Transparencia fera une interpellation au conseil communal. "Nous allons leur demander comment cela fait-il qu'ils violent la loi depuis cinq mois? Ils nous l'avaient promis lorsque nous nous étions rencontrés mais ce n'est toujours pas fait. Ce n'est pas grave on reviendra chaque mois au conseil communal de Mons. Ce qui est hallucinant, c'est la comparaison avec la ville de Namur. Dans les 30 jours légaux, Namur a tout donné avec tous les renseignements complémentaires. Donc Elio, yes you can !"

Transparencia est un collectif, à la base bruxellois, qui opère désormais partout en Belgique pour tenter de faire bouger les villes et communes en matière de transparence des documents officiels.