Après rénovation, le deuxième tronçon de la N50 est enfin rouvert à la circulation à Ghlin. Durant un peu moins d'un an, les usagers de la route ont dû contourner le chantier en passant par le zoning Geothermia pour lier Mons à Ghlin. Mais maintenant que la voie est libre, Guillaume Soupart de Mons en Mieux ne souhaite pas faire une croix sur la déviation pour autant.

"De nombreux Ghlinois estiment que la déviation via le Goolfy devrait être maintenue. En effet, elle est très utile afin de rejoindre le sud et l’ouest de Mons notamment Jemappes et les Grands Près. Elle permet également d’accéder à l’autoroute sans trop difficulté. À cela s’ajoute le fait qu’elle permet également aux sportifs d’aller vers le Rugby Cramonciaux et d’ainsi réduire le trafic dans la Cité Urban", souligne le conseiller de Mons en Mieux.

Guillaume Soupart reconnait toutefois qu'il y a des contraintes techniques. La déviation, qui reste ouverte jusqu'au 25 août le temps d'apporter les dernières touches à la N50, est trop étroite pour permettre à des véhicules de se croiser à proximité du Goolfy. La circulation y est donc régie par des feux qui peuvent laisser paraitre le temps bien long. "Pourtant, il y a de l’espace de chaque côté. D’ailleurs, des ornières sont présentes. Cela nécessitera peut-être des expropriations, mais je pense qu’il faut creuser la piste", suggère Guillaume Soupart qui soumettra l'idée au collège communal. "Qui plus est, déporter une partie du trafic par cet endroit permet de soulager le carrefour de Warocqué, qui est un des points noirs de la mobilité montoise."

Notons enfin que le conseiller ghlinois se réjouit qu'une phase 3 est également prévue pour rénover le tronçon compris entre le Lidl et le pont de Baudour. Mais il s'interroge sur le montant annoncé. "Les phases 1 et 2 ont coûté plus de 6 millions d'euros. Un budget de 3,75 millions d'euros et prévu pour le troisième tronçon qui est beaucoup plus long que les autres. J'espère que des aménagements bien nécessaires à Ghlin comme l'égouttage ou les pistes cyclables ne vont pas tomber à l'eau", ajoute Guillaume Soupart qui demandera à la députée Jacqueline Galant d'obtenir des précisions auprès du ministre Henry.