L'immeuble est imposant. Élevé sur douze étages, dont deux en sous-sols constitués de parking et d'archives, il trône à l’angle de l’Avenue Frère Orban et de la rue des Arquebusiers en plein centre-ville de Mons. Ce mastodonte de béton a été érigé dans les années 70 pour accueillir le siège régional de la Générale de Banque. Depuis le départ de BNP Paribas Fortis, il était vide. Mais il ne devrait plus le rester très longtemps.

En effet, l'UMons est devenue propriétaire du bâtiment vendredi dernier et n'entend pas traîner à lui redonner vie. "Dès la rentrée 2021-2022, l’ancien building de la Générale aura fait l’objet d’une profonde rénovation nécessitant un investissement de l’ordre de 9 millions et qui vise à y héberger une bonne partie des enseignements et des services administratifs et de recherche de notre École de Droit et de notre École des Sciences Humaines et Sociales. L’objectif est de permettre aux occupants, personnel et étudiants, de bénéficier de condition d’étude et de travail très confortables", explique l’Administrateur de l’UMons, Philippe Mettens.

L’édifice offre quelque 13.000 m2 répartis sur 10 plateaux qui présentent l’avantage d’être totalement modulables. S'y ajoutent les deux sous-sols, dont un parking. L’affectation des surfaces disponibles n’a pas encore été arrêtée définitivement, mais il est d’ores et déjà envisagé d’aménager au rez-de-chaussée un grand amphi avec gradins de 200 places et dans presque chaque étage, des bureaux et des salles de cours d’une capacité variant de 50 à 150 places. Une seconde phase de travaux devrait s'achever fin 2021 pour rénover les étages supérieurs et faire de la place à d'autres services de l'UMons.

C'est que l'université montoise se sent de plus en plus à l'étroit, elle qui a vu sa population passer de 5.000 à 10.000 étudiants ces dix dernières années. L'UMons a donc revu sa stratégie immobilière à travers un Master Plan qui vise à redéployer ses infrastructures dans le centre-ville de la Cité du Doudou. Elle indique ainsi être partie prenante d’autres projets immobiliers conséquents, y compris au travers de partenariats privés visant à augmenter sa capacité de locaux de cours, de recherche, de bureaux, mais aussi de logements pour ses étudiants.