Le papa de Massimo Bruno, la nouvelle perle d’Anderlecht, nous a reçus

FRAMERIES Notre région regorge de trésors insoupçonnés. C’est à Frameries, en plein coeur du Borinage, qu’est né il y a 18 ans Massimo Bruno, l’Anderlechtois dont tout le monde parle depuis mardi.

Hier, c’est avec un grand sourire qu’Alfonso, le papa du prodige, nous a ouvert les portes de la maison familiale, où Massimo se reposait après avoir fait la Une suite à sa montée au jeu gagnante de mardi soir face à Limassol.

Présent au Parc Astrid avec son épouse et Théo (12 ans), son plus jeune fils, Alfonso Bruno a vécu un rêve éveillé : “En arrivant, nous ne savions même pas si Massimo prendrait place sur le banc. Ce n’est que trois heures avant le match qu’il nous a communiqué la bonne nouvelle”.

En arrivant au stade, le Framerisois n’imaginait pas un seul instant que la soirée allait changer la vie de son fils. Tout ce qu’Alfonso espérait, c’est voir Anderlecht se qualifier.

“Puisqu’Anderlecht devait gagner et que le score était toujours vierge à 20 minutes du terme, j’ai espéré que Massimo soit appelé à monter au jeu. C’est ce qui se produisit et dès sa première touche de balle, j’ai su qu’il allait réussir de jolies choses. Il n’a pas marqué mais la passe décisive pour Mbokani a la même valeur.”

Dans la foulée de la rencontre, la famille Bruno a été conviée à participer à la fête. Ou comment passer de l’ombre à la lumière en une poignée de minutes !

“Après le match, nous n’avons pas vu Massimo tout de suite. Mogi Bayat, son agent, est venu nous chercher pour nous présenter le président Vanden Stock, qui fut très élogieux vis-à-vis de Massimo. On a vécu quelque chose de bien.”

Comme tout père fan de football, Alfonso rêvait de voir son fils percer au plus haut niveau : “Depuis qu’il est petit, j’espère réaliser mon rêve à travers lui. Il y eut des hauts et des bas mais pour l’instant, nous sommes sur notre petit nuage. Massimo a vécu une semaine de folie mais il a la tête sur les épaules. D’autant qu’Anderlecht le protège très bien.”



© La Dernière Heure 2012