Mons

Il s'agissait d'un exercice organisé pour les étudiants en soins médicaux d'urgence.

Ce vendredi matin, sur le coup de 10h15, une inquiétante fumée s'est mise à dégager d'un bâtiment du campus du Champ de Mars de la Haute Ecole Condorcet. L'alarme s'est immédiatement déclenchée. Une explosion venait de se produire à l'étage, dans un laboratoire. Pompiers et secouristes sont intervenus en nombre. Mais le bilan est lourd : une quinzaine de victimes dont plusieurs blessés gravement.... Rassurez-vous, il ne s'agit que d'un scénario imaginé par les pompiers et les responsables de la section SIAMU de la Haute Ecole.

L'objectif étant de mettre des étudiants en conditions quasi réelles face à un plan catastrophe. "Ce sont des étudiants diplômés en soins infirmiers qui effectuent une spécialisation SIAMU (soins médicaux d'urgence)", explique Dominique Dupont, relais SIPPT (Service Interne pour la Prévention et la Protection au Travail) pour la province du Hainaut et pour la Haute Ecole Condorcet. "Ils sont briefés toute l'année pour ce genre d'intervention mais c'est vrai que c'est une sorte de bouquet final pour eux."


Les pompiers sont arrivés les premiers sur les lieux de la catastrophe. Ce sont eux qui ont ensuite guidé les urgentistes. Les étudiants ont ainsi pu se confronter à un scénario grandeur nature. En collaboration avec les pompiers, il fallait d'abord évacuer les victimes les plus sérieuses (NdlR : jouées par des membres de l'armée habitués à se mettre dans la peau de fausses victimes), les prendre en charge et prodiguer les premiers soins. Une zone d'extraction a également dû être définie et tout une procédure a dû être respecté. Le tout dans des conditions stressantes malgré qu'il ne s'agissait que d'un exercice.

C'est la première fois qu'un tel exercice était organisé sur le site de la Haute Ecole. "L'an dernier, nous l'avons organisé sur un site provincial mais tout était artificiel", précise Hubert Remy, directeur de la section soins infirmiers de la Haute Ecole Condorcet. "Cette fois, nous avons associé l'exercice d'évacuation annuel à ce plan catastrophe qui était organisé ici pour la première fois."

A la fin de l'exercie qui a duré près de deux heures, les étudiants et les acteurs ont pris part à un débriefing final. Chacun a pu savoir s'il avait correctement agi face à l'urgence.