Les équipes du magasin Décathlon de Mons espèrent que cette seconde édition connaitra le même succès que la première. Depuis ce début de semaine, les clients peuvent découvrir, au milieu d’une allée, un sapin pour le moins original, habillé de lettres qui expriment les souhaits de cadeaux des enfants hébergés au Clapotis, un centre d’accueil pour enfants victimes de maltraitance, situé à Mons.

Il y a deux ans, ce sont 12 enfants qui ont pu être choyés à l’occasion des festivités de Noël et plus de 1000 euros de bons, sous forme de carte cadeau, qui ont pu être offert à l’institution. "Nous avons noué de solides liens avec le Clapotis et nous avions à cœur de pouvoir une nouvelle fois venir en aide aux enfants de la région, alors que le quotidien est pour le moins difficile", explique Maéva Schiavone, leader événementiel et vendeuse au rayon fitness.

© D.R.

Concrètement, les clients pourront choisir la lettre d’un enfant et passer en caisse avec l’achat, ou participer à l’achat de celui-ci en versant un montant au choix sur une carte cadeau. "L’idée, c’est que chacun puisse participer et contribuer, qu’il s’agisse de cinq, dix euros ou plus. L’action se clôturera le 21 décembre prochain à 19h30. Les cadeaux seront déposés au centre le 22, pour être placés au pied du sapin le 24."

Quelques cadeaux ont d’ores et déjà été achetés. Mais il y a encore du choix et des enfants qui ne demandent qu’à rêver un peu. "Il s’agit d’une action solidaire, on veut donc permettre à chacun d’y participer, même si nous sommes conscients que la vie n’est facile pour personne, surtout en ce moment. Les cadeaux qui ne seraient éventuellement pas achetés par les clients le seront par Décathlon. Aucun enfant ne restera sur le carreau."

Lors de la première édition, un moment de partage et de convivialité avait en plus été organisé entre l’équipe Décathlon et les enfants du centre d’accueil. Cette année, contexte sanitaire oblige, cela ne sera pas possible. "Mais nous prévoyons malgré tout de leur déposer, en plus des cadeaux, un goûter qu’ils pourront partager tous ensemble", ajoute Maéva Schiavone.

Les cartes cadeaux avaient quant à elles pu être utilisées à bon escient, afin de gâter les enfants qui arrivent au centre souvent sans aucune affaire.