Mons

La toiture va être réparée. La Ville de Mons va ensuite lancer un projet plus ambitieux.

Voilà une douzaine d'années que la piscine de Flénu a fermé ses portes. L'édifice attire pourtant encore quelques personnes qui viennent y piquer, non pas un plongeon, mais le zinc qui recouvre la toiture.

"Actuellement, la main d'œuvre communale palie au vol régulier de zinc de la toiture par la pose de bâches, mais celles-ci ne constituent qu'une solution provisoire", commente Marc Darville, échevin des Travaux. "Or, à terme, l'absence d'un revêtement d'étanchéité durable peut entraîner des dégradations importantes."

Le collège communal a donc débloqué un budget de 190.000 euros pour remplacer la toiture de l'ancienne piscine. Evidemment, pour éviter de nouveaux vols, ce n'est plus du zinc qui sera utilisé pour la toiture, mais des tôles en acier laqué. Ce matériau a d'ailleurs été choisi pour salle de basket du hall omnisport. Et depuis son installation, aucun vol ni dégradation n'a été constaté.

"Le remplacement de la toiture de l'ancienne piscine est un projet particulièrement attendu par les habitants du village de Flénu. Le chantier commencera dès le 1er semestre de l'année 2020", précise le bourgmestre Nicolas Martin.

Ce nouveau couvre-chef pour l'ancienne piscine ne sera qu'une première étape. Le collège n'a pas laissé tomber à l'eau l'idée de réhabiliter l'ancien bassin. Plusieurs projets avaient été évoqués. A présent, c'est un terrain de padel qui se profile. Ce sport entre le tennis et le squash commence à faire de plus en plus d'adeptes. Mais les infrastructures ne sont pas encore légion dans la région. Actuellement, à Mons, seul le RTC Nimy propose un terrain adapté. Un projet a également été évoqué à l'Aramis, toujours à Nimy. Si les plans du collège se déroulent sans accrocs, Flénu pourrait s'inviter dans la danse.

"Nous avons étudié les différentes possibilités et un terrain de padel nous apparaît comme un beau projet de reconversion pour l'ancienne piscine. Un montant sera inscrit au budget extraordinaire et nous allons entamer les démarches pour obtenir des subsides de la Région wallonne", conclut Mélanie Ouali, échevine des Sports.